La SNCB prise en tenaille par le Diabolo

29/11/13 à 10:47 - Mise à jour à 10:47

Source: Le Vif

La SCNB fait passer de plus en plus de trains via le Diabolo, la liaison ferroviaire entre Anvers et l'aéroport de Bruxelles-National. Pas en raison du nombre important de voyageurs mais parce que le rail s'est fait piéger par un contrat qui l'étrangle avec le partenaire privé Northern Diabolo, écrit vendredi De Morgen. Un expert évalue l'éventuel préjudice à 1 milliard d'euros.

La SNCB prise en tenaille par le Diabolo

© Image Globe

Le contrat pour le Diabolo prévoit des objectifs sévères concernant le nombre de voyageurs. Si ces derniers ne sont pas atteints, le partenaire privé Northern Diabolo est couvert par une série de mécanismes corrigés. Si le nombre de voyageurs reste sous les 85 pc des prévisions durant deux semestres consécutifs, le partenaire privé peut obliger la SNCB à augmenter le supplément à payer par les voyageurs. Ce dernier est actuellement fixé à 4,44 euros. Il pourrait grimper à 5 euros par personne à partir de 2014.

La SNCB est également tenue de respecter un deuxième niveau crucial: celui des 75 pc. Si la situation ne s'améliore pas considérablement au deuxième semestre de 2013, le partenaire privé peut résilier la concession à la fin de cette année. Dans ce cas, le gestionnaire du réseau Infrabel devrait reprendre tous les coûts d'investissements, tout comme les revenus attendus pour les 35 prochaines années. Un expert de la Cour des Comptes évalue le préjudice à un milliard d'euros.

Pour ces raisons, la SNCB fait actuellement passer plus de trains par la liaison ferroviaire du Diabolo. Ainsi, certains trains roulent entre Malines et Louvain en passant par l'aéroport.

Infrabel souligne la bonne collaboration avec les investisseurs

La collaboration entre les différents partenaires de la liaison ferroviaire du Diabolo entre Anvers et l'aéroport de Zaventem se déroule parfaitement, a indiqué vendredi Infrabel. Le gestionnaire du réseau ferroviaire n'a pas souhaité aborder les clauses du contrat.

D'après un porte-parole d'Infrabel, Frédéric Petit, la confiance règne entre les partenaires du projet Diabolo, principalement Infrabel, la SNCB et l'investisseur privé Northern Diabolo.

Du côté d'Infrabel, on ne veut pas évoquer les conditions du contrat. Le gestionnaire souligne qu'un supplément similaire existe dans d'autres pays. "Est-ce qu'on veut que la Belgique soit le seul pays dont l'aéroport ne soit pas desservi par le train?", se demande-t-on chez Infrabel.

Nos partenaires