La SNCB en grève le 30 juin

26/06/14 à 11:46 - Mise à jour à 11:46

Source: Le Vif

Le bureau national de la CGSP-Cheminots a décidé de confirmer la grève de 24 heures prévue le 30 juin à la SNCB, a-t-on appris jeudi.

La SNCB en grève le 30 juin

© Image Globe

Hier/mercredi, le syndicat socialiste avait fait état d'avancées au terme d'une réunion de conciliation avec la direction, notamment en matière de recrutements, principale revendication syndicale. "Des points concrets ont été mis sur la table mais est-ce que ce sera suffisant? ", s'était interrogé Pierre Lejeune, secrétaire national du syndicat socialiste.

C'était au bureau national de la CGSP-Cheminots d'adopter une décision définitive quant à la tenue de l'action annoncée. Réunies ce jeudi matin, les instances syndicales ont tranché: la grève aura lieu!

Labille appelle les partenaires sociaux à dialoguer encore pour éviter le mouvement

Le ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, appelle les interlocuteurs sociaux de la SNCB à poursuivre le dialogue afin d'éviter la grève annoncée lundi, a indiqué son porte-parole.

A l'appel de la CGSP, une partie des cheminots se croisera les bras lundi. Le syndicat socialiste dénonce des problèmes d'effectifs qui perdurent depuis trop longtemps. La concertation sociale a permis d'avancer, a-t-il reconnu, mais les progrès sont manifestement insuffisants. Le bureau national de la CGSP-Cheminots a donc décidé de maintenir l'action.

Le ministre déplore le mouvement de grève qui, rappelle-t-il, doit demeurer un recours ultime dans un conflit social. Il invite les syndicats et la direction à négocier encore dans les trois jours qui viennent afin d'éviter l'arrêt de travail. Il s'interroge sur l'utilité de celui-ci dès lors que, de l'aveu même des délégués syndicaux, des progrès ont été enregistrés.

Le directeur de HR Rail "consterné"

Le directeur général de HR Rail, entité responsable des ressources humaines de la SNCB, a fait part de sa consternation après la décision jeudi de la CGSP-Cheminots de confirmer son mouvement de grève de 24 heures le 30 juin prochain.

Pour justifier son mouvement de grève, le syndicat socialiste invoque une "hémorragie" en termes d'effectifs qui empêche certains travailleurs de pouvoir prendre leurs jours de liberté, nuit à la santé du personnel et à la sécurité ferroviaire. La CGSP-Cheminots regrette également le renforcement des filiales de la SNCB, ce qui crée des cheminots "à deux vitesses", et dénonce un nouveau plan de transport de la SNCB manquant cruellement d'ambition et répondant avant tout à des objectifs budgétaires.

Dans un communiqué, le directeur de HR Rail, Michel Bovy, par ailleurs ancien président de la CSC-Transcom, affirme que "d'énormes garanties" ont été données aux organisations syndicales et répond point par point à la CGSP-Cheminots.

Ainsi, souligne HR Rail, il a été procédé, en 2013, au recrutement de 515 conducteurs de trains en formation en vue du remplacement de 300 conducteurs mis à la retraite en 2014. Et "cette année, 246 conducteurs de trains ont déjà été engagés, sont momentanément en formation, et seront effectivement opérationnels en 2015".

En outre, "pour le remplacement de 215 accompagnateurs de trains dont la mise à la retraite est prévue en 2014, il sera effectué pour début septembre 218 recrutements", ajoute-t-il.

Au total, plus de 2.000 collaborateurs ont été recrutés aux chemins de fer en 2013 et 1.800 recrutements sont prévus pour 2014.

Quant à la problématique des jours libres non pris, elle "n'est pas neuve", souligne-t-on encore chez HR Rail, qui affirme avoir déjà formulé des propositions concrètes, début juin, pour trouver une solution.

S'agissant des filiales des chemins de fer, HR Rail souligne que leur nombre a été diminué et que leur personnel représente moins de 3% des effectifs.

Enfin, "quant à la répartition des charges de travail suite à l'instauration du nouveau plan de transport en décembre 2014, la SNCB et Infrabel indiquent que le personnel a été largement informé depuis mars 2014 et qu'une concertation est en cours", conclut HR Rail.

En savoir plus sur:

Nos partenaires