La sixième réforme de l'état "n'est pas un point final", selon Kris Peeters

12/10/11 à 16:15 - Mise à jour à 16:15

Source: Le Vif

Le gouvernement flamand constate que l'accord institutionnel n'est pas en contradiction avec son propre accord, a affirmé cette après-midi le ministre-président Kris Peeters, devant les députés flamands réunis en séance plénière. Cet accord aura pour effet de mettre à la disposition de la Flandre de nouveaux instruments politiques, mais la sixième réforme de l'état "n'est pas un point final", a-t-il ajouté.

La sixième réforme de l'état "n'est pas un point final", selon Kris Peeters

© Image Globe

Le gouvernement flamand a évalué le contenu de l'accord conclu par les huit partis engagés autour du formateur Elio Di Rupo dans les discussions institutionnelles en vue de la mise sur pied du gouvernement fédéral.

L'équipe Peeters est composée de formations engagées dans la négociation fédérale (le CD&V et le sp.a), mais aussi de la N-VA qui a quitté la table des discussions fédérales.

Selon Kris Peeters, "la Flandre a montré de manière adulte, également dans un passé récent, que, comme dans d'autres états fédéraux, elle pouvait fonctionner avec des gouvernements dont la composition politique est différente".

Pour lui, à la première lecture de l'accord institutionnel, il est clair que "quelques parties" de la note Octopus du gouvernement flamand s'y retrouvent.

En ce qui concerne le volet de l'accord portant sur la scission de l'arrondissement de BHV, Kris Peeters a souligné que le gouvernement flamand continuerait à mener une politique coordonnée et "inclusive" pour confirmer et renforcer le caractère néerlandophone de la périphérie flamande" de Bruxelles.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires