La sécurité sociale wallonne et bruxelloise "coûterait" 4 à 5 milliards à la Flandre

25/04/14 à 11:02 - Mise à jour à 11:02

Source: Le Vif

Les transferts de la sécurité sociale de la Flandre vers la Wallonie et Bruxelles s'élèveraient à 4 ou 5 milliards selon un comité d'action flamand.

La sécurité sociale wallonne et bruxelloise "coûterait" 4 à 5 milliards à la Flandre

© Belga

Via la sécurité sociale, 4 à 5 milliards d'euros passeraient de l'escarcelle flamande à celle de la Wallonie et Bruxelles. C'est en tout cas ce que dit le dernier rapport de Aktiekomitee Vlaamse Sociale Zekerheid (AKVSZ) ( le comité d'action de la sécurité sociale flamande) selon De Standaard. Ce comité pluraliste n'est rattaché à aucun parti, mais est associé au mouvement flamand. Il a aussi plusieurs membres de la N-VA dans son comité de direction.

Ce montant de près de 5 milliards se base sur des chiffres de 2010 précise Gui Celen, le directeur de l'AKVSZ. Pour le comité d'action, ce transfert d'argent serait surtout dû à un chômage très élevé en Wallonie et à Bruxelles et aux frais médicaux qui sont plus élevés en Wallonie. Les frais liés aux allocations maladies seraient eux aussi particulièrement importants. Cependant le transfert de budget aurait une telle ampleur suite au fait que la Wallonie et Bruxelles participent moins aux coûts de la sécurité sociale parce que le taux d'activités y est plus bas.

Le comité précise encore, étude européenne à l'appui, que les salaires des Wallons et des Bruxellois ne sont pas encore assez bas que pour compenser le manque de productivité par rapport à la Flandre.

À côté des 3,9 à 4,8 milliards d'euros que couteraient les transferts via la sécurité sociale, le budget fédéral et la loi de financement des régions rajouteraient respectivement entre 1,2 à 1,3 milliard et 1 à 1,8 milliard à la note. Le montant total des transferts s'élèverait donc, toujours selon ce comité cité par De Standaard, de 9,9 à 11,8 milliards euros.

Un rapport qui, s'il n'est pas ouvertement tinté noir-jaune, tombe vraiment à pic pour redonner encore un peu d'eau au moulin de la N-VA.

Nos partenaires