"La sécurité doit absolument primer sur la rentabilité d'Electrabel"

19/11/16 à 11:46 - Mise à jour à 11:45

Source: Belga

Dans deux courriers adressés à Electrabel et publiés samedi par La Libre, le patron de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) s'inquiète de la "grande désinvolture" du fournisseur d'énergie dans sa gestion de la sécurité nucléaire. Des révélations qui vont "au-delà de l'entendement" pour le député Ecolo Jean-Marc Nollet, qui estime que le ministre Jambon devrait saisir la justice.

"La sécurité doit absolument primer sur la rentabilité d'Electrabel"

Jean-Marc Nollet © BELGA

Les lettres sont adressées respectivement à Philippe Van Troeye, CEO d'Electrabel, et Isabelle Kocher, présidente du CA du fournisseur et patronne d'Engie. Jan Bens s'inquiète d'une part de "résultats effrayants" d'une étude sur la sécurité des centrales et pointe le fait "qu'Electrabel semble peu concerné par cette question". Le patron de l'AFCN rapporte entre autres deux visites inopinées menées à Tihange au mois d'août, qui ont mis en lumière "l'incapacité d'Electrabel à réagir structurellement, rapidement et efficacement pour augmenter de manière significative le niveau de sûreté."

"On parle de centrales nucléaires", exulte Jean-Marc Nollet pour qui l'attitude d'Electrabel est "irresponsable". "On parle d'un risque d'incendie ou de fusion de coeur", ce qui est considéré comme un accident nucléaire grave, "et on dit qu'Electrabel s'en fiche", constate-t-il. Pour le député Ecolo, il est temps que le gouvernement, et donc le ministre Jan Jambon, saisisse la justice pour qu'elle tranche sur "ce qu'il en est des responsabilités d'Electrabel" dans le dossier. M. Nollet a déposé à cet effet une demande d'interpellation à l'attention de Jan Jambon samedi matin, le sujet devrait être abordé en commission de l'Intérieur mercredi.

Mais l'implication d'Electrabel n'est pas la seule à être mise en cause. Dans la première lettre, Jan Bens rappelle que les études de sûreté prévues dans l'arrêté royal du 30/11/11 n'ont pas été menées pour Doel 1 et Doel 2, réacteurs pourtant prolongés. "Pourquoi le gouvernement a-t-il donné son feu vert à la prolongation? Pourquoi l'AFCN a-t-elle laissé faire?", s'interroge le député. "La situation est vraiment grave", prévient-il. "La sécurité doit absolument primer sur la rentabilité d'Electrabel. Il est temps d'inverser les priorités", conclut-il.

Nos partenaires