"La restructuration d'ING va s'étaler sur plusieurs années, avec une part importante de départs naturels"

03/10/16 à 12:28 - Mise à jour à 12:27

Source: Belga

"C'est un nouveau coup dur pour les travailleurs et pour l'emploi. Cette restructuration va s'étaler sur plusieurs années, avec une part importante de départs naturels. Il faut espérer que la procédure Renault qui vient de débuter permette de réduire le nombre de licenciements annoncés.

"La restructuration d'ING va s'étaler sur plusieurs années, avec une part importante de départs naturels"

© Belga

L'entreprise devra par ailleurs s'impliquer pour soutenir ceux qui devront la quitter", a réagi lundi Olivier Chastel, président du MR, à la suite de l'annonce de la suppression de plus de 3.150 emplois chez ING Belgique.

Pour Olivier Chastel, cette restructuration s'explique en grande partie par la révolution numérique. "Les Belges n'ont aujourd'hui plus que très rarement de contacts avec leur agence. La banque est accessible en ligne, via l'ordinateur ou le smartphone. Mais si l'agence a perdu de son importance, les métiers du numérique eux sont en plein développement", souligne-t-il.

Le président du MR rappelle dans son communiqué que le gouvernement fédéral a mis en place un Plan d'action "Digital Belgium", dont l'objectif est de renouveler l'économie de notre pays grâce à la révolution numérique et de placer la Belgique dans le top 3 des pays européens les plus ambitieux dans le numérique d'ici 2020. Le plan vise la création de pas moins de 10.000 startups et 50.000 nouveaux emplois.

"Pour les travailleurs qui subissent la fermeture ou la restructuration de leur entreprise, les annonces successives de ces dernières semaines sont un drame et leur inquiétude, leur colère, est compréhensible", déclare Olivier Chastel. "Mais le bilan et les prévisions sont pourtant clairs: 76.000 emplois nouveaux ont été créés sous le gouvernement Michel. La Banque Nationale prévoit la création de 140.000 jobs entre 2016 et 2018. Le Bureau du Plan annonce lui que 230.000 emplois nets seront créés sur la période 2016-2021, malgré une croissance faible."

"Le MR refuse la résignation. Nous voulons accompagner cette révolution numérique, pas la subir. L'action du gouvernement fédéral en matière de création d'emplois, via notamment la réforme du travail, doit donc plus que jamais être poursuivie", conclut le président du MR.

Nos partenaires