"La question, c'est: qu'est-ce qui se passe quand on a dit #MeToo"

06/05/18 à 01:42 - Mise à jour à 01:43

Source: Belga

(Belga) La fondatrice du mouvement #MeToo, Tarana Burke, a estimé samedi que le temps était venu pour les victimes d'abus sexuels de "s'organiser" pour fournir des ressources nécessaires à toutes les victimes.

"Me Too (moi aussi), ce sont deux mots magiques qui ont galvanisé le monde", a-t-elle commenté lors d'une table ronde à la conférence United State of Women Summit à Los Angeles. "Nous sommes au moment où il faut définir une stratégie. Il faut s'organiser. L'amplification a eu lieu" a eu lieu, a-t-elle ajouté. "Le travail qui doit avoir lieu maintenant, c'est: qu'est-ce qui se passe une fois qu'on a dit #MeToo", insiste-t-elle. Elle a appelé à soutenir lors d'élections les candidats qui "essaient de rendre nos communautés moins vulnérables", et à trouver des solutions au vaste problème des viols sur les campus, "qui dure depuis longtemps". Plus de 5.000 personnes - essentiellement des femmes - étaient présentes au théâtre Shrine, au sud de Los Angeles, pour cette conférence de deux jours. Ted Bunch, le fondateur de l'association A Call to Men, a rappelé l'importance de faire intervenir les hommes dans la lutte contre le sexisme. "Je les invite toujours (les hommes) à la table", pas pour les condamner mais pour les faire participer à la réflexion, a-t-il expliqué lors d'une discussion sur le mouvement Time's Up, fondé par des vedettes comme Reese Witherspoon et Natalie Portman, qui lutte contre le harcèlement et les agressions sexuelles au travail. (Belga)

Nos partenaires