La priorité de la Wallonie: son dynamisme économique

16/09/12 à 08:25 - Mise à jour à 08:25

Source: Le Vif

A l'heure où le débat sur un plan B et les échéances de 2014 ont repris de la force, le ministre-président wallon Rudy Demotte a rappelé samedi quelle était la priorité de la Wallonie: son dynamisme économique, seul élément capable de lui assurer un rapport de forces favorable... "dans tous les cas de figure".

La priorité de la Wallonie: son dynamisme économique

© Belga

"Personne ne sera en mesure de dicter de manière unilatérale sa volonté aux Wallons. Vous savez ce qui comptera finalement, c'est le rapport de forces (...). Et la force des Wallons, elle ne dépend pas d'abord d'un plan A, B,... W, X, Y ou Z, centré sur l'institutionnel. La force des Wallons dépend du dynamisme économique de la Wallonie, de son projet économique, de sa capacité à assurer le bien-être de sa population, dans tous les cas de figure. Je le répète: dans tous les cas de figure", a-t-il déclaré. A ce titre, la Wallonie avance, estime M. Demotte, citant les chiffres de l'emploi entre 2000 et 2009 ou des investissements étrangers. Et de rappeler la dynamique "Horizon 2022" lancée par le gouvernement pour accélérer le mouvement et préparer la Région aux échéances qui l'attendent dans le cadre de la 6e réforme de l'Etat. "Ma mission va au-delà de cette législature", a ajouté M. Demotte. Le ministre-président a profité des Fêtes de Wallonie pour lancer un appel à la mobilisation de tous, au-delà des clivages. "Nous devons, d'abord, être soudés! Soudés, non pas contre un péril extérieur, pas contre quelqu'un, mais entre Wallons et pour la Wallonie".

un discours convenu, regrette Willy Borsus (MR)

Le chef de groupe MR au parlement wallon, Willy Borsus, s'attendait à un autre discours du ministre-président du gouvernement wallon, Rudy Demotte, à l'heure où la Wallonie s'apprête à rencontrer des échéances importantes. "C'est un discours assez convenu qui répète les conclusions de Tournai (où le gouvernement a tenu son séminaire de rentrée, ndlr). Je n'ai pas senti une mobilisation forte et encore moins l'annonce des réformes attendues", a-t-il expliqué samedi, en marge de la réception officielle des Fêtes de Wallonie.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires