La politique du sport de haut niveau stagne en Wallonie, selon une étude de la VUB

25/08/16 à 18:52 - Mise à jour à 18:52

Source: Belga

(Belga) Alors qu'elle se développe en Flandre, la politique du sport de haut niveau stagne depuis plusieurs années en Wallonie, selon une étude menée par le groupe international de chercheurs SPLISS, mis sur pied par la VUB.

La politique du sport de haut niveau stagne en Wallonie, selon une étude de la VUB

La politique du sport de haut niveau stagne en Wallonie, selon une étude de la VUB © BELGA

Réalisée en 2015, cette étude compare les politiques du sport de haut niveau mises en ?uvre dans quinze pays (Belgique, Pays-Bas, Finlande, Danemark, France, Brésil, Corée du Sud, Japon, Australie, Canada, Espagne, Suisse, Portugal, Estonie et Irlande) et les résultats engrangés par leurs athlètes. Afin de déterminer si les politiques menées exercent une influence sur les performances des sportifs de haut niveau, les chercheurs ont évalué neuf piliers: aides financières, organisation et structure des politiques sportives, identification de nouveaux talents, suivi de la carrière des athlètes, infrastructure sportive disponible, formation des entraîneurs, participation aux compétitions nationales et internationales et recherche et innovation. Si la Flandre se classe parmi les meilleurs lorsqu'il s'agit d'identifier de nouveaux talents et d'organiser la carrière des athlètes, la Wallonie, elle, n'obtient qu'un résultat moyen dans ces deux catégories et se situe pratiquement en deçà de la moyenne des quinze pays en regard des neufs piliers. Seul le Brésil fait pire, malgré l'important budget accordé au sport de haut niveau. En Flandre, les points faibles demeurent l'infrastructure disponible, les ressources financières et la formation des entraîneurs, même si la politique sportive y a connu d'importants développements au cours des dernières années. En 2008, lors de la première étude comparative menée à ce sujet, le nord du pays n'obtenait la moyenne dans aucune des catégories. Selon les chercheurs, la mise en ?uvre d'une politique du sport de haut niveau est un travail de longue haleine, dont le développement peut prendre plus d'une quinzaine d'années. Si les efforts commencent à porter leurs fruits au nord du pays, ils stagnent par contre au sud. Sans compter que les investissements en Wallonie (11 millions) comme en Flandre (24 millions d'euros) sont limités, soulignent-ils. Les pays les plus efficaces, d'après le modèle d'analyse utilisé, sont la France, le Japon, l'Australie, les Pays-Bas et dans une moindre mesure le Danemark. (Belga)

Nos partenaires