La police fait la grève du zèle ce matin, "une semaine sans amende" prévue pour les fêtes

16/12/14 à 06:10 - Mise à jour à 08:52

Source: Rtbf

Des contrôles de police pointilleux sont planifiés ce mardi matin sur tout le territoire belge entre 7 et 8 heures 30.

La police fait la grève du zèle ce matin, "une semaine sans amende" prévue pour les fêtes

© BELGA

Ce mardi, à l'heure de pointe de 7 heures à 8 heures 30, et au lendemain de la grève nationale qui a paralysé tout le pays, les policiers prévoient d'effectuer des "contrôles pointilleux" sur tous les axes de mobilité: nationales, autoroutes, voies de chemin de fer, ou encore aéroports. L'action était initialement prévue le vendredi 12 décembre mais avait été reportée suite à l'enterrement de la reine Fabiola.

Les citoyens doivent s'attendre à des contrôles renforcés, les policiers mettront en place des dispositifs et prendront plus de temps que d'ordinaire dans l'identification des automobilistes, de leurs papiers d'assurance, de la conformité du contrôle technique du véhicule...En parallèle, ils expliqueront aux citoyens la raison de leur action.

Si les policiers restent évasifs sur leur position précise lors de ces contrôles, la RTBF avance qu'un barrage pourrait être mis en place sur le rond-point Montgomery. Dans la région de Bruxelle, il pourrait aussi y avoir plus de contrôles au niveau de Grand Bigard et à Zaventem, aux abords de Brussels airport. Le front commun syndical parle d'une action "de grande envergure". Les contrôles seraient aussi opérés sur les grands axes à Namur, dans le Limbourg à Liège.

Une "semaine sans amende" à Noël

"Il est possible que ces contrôles pointilleux provoquent des files et le mécontentement des usagers, mais nous ne faisons que notre job dans le cadre de leur sécurité au péril de notre intégrité physique", avaient indiqué les syndicats dans un communiqué.

Le front commun syndical estime ne pas encore avoir été entendu concernant le régime de pensions du personnel de police. Il proteste depuis plusieurs mois contre la suppression du droit pour les agents qui faisaient partie de l'ex-gendarmerie d'accéder à la prépension entre 54 et 58 ans, conséquence d'un arrêt de la Cour constitutionnelle.

Les organisations syndicales attendent de pouvoir reprendre les discussions avec les autorités, le groupe de travail constitué pour trouver une solution dans ce dossier étant à l'arrêt depuis la mi-novembre. Par ailleurs, comme le mentionne le site du Soir, une "semaine sans amende" pourrait être prévue entre Noël et Nouvel An.

En savoir plus sur:

Nos partenaires