La N-VA veut une politique plus stricte envers les criminels

08/04/14 à 15:33 - Mise à jour à 15:33

Source: Le Vif

La N-VA souhaite mettre l'accent sur la sécurité et l'immigration lors de sa campagne. Le parti souhaite établir une politique et des règles d'immigration plus strictes, une politique d'expulsion mieux encadrée et de plus longues peines effectives de prison. Cependant, le social n'est pas oublié pour autant.

La N-VA veut une politique plus stricte envers les criminels

© Belga

Dans leur programme renouvelé, les nationalistes flamands établissent un certain nombre de priorités à l'intention des électeurs. Mais le parti souhaite aussi mettre en avant la partie sociale de son programme comme un prêt étudiant sans intérêts qui permettrait de garder l'enseignement démocratique ou l'instauration d'un ticket modérateur chez le médecin. L'application d'une norme énergétique devrait aussi maintenir sous contrôle les prix de l'énergie tout en maintenant la prime au logement. La N-VA souhaite tout de même supprimer la gratuité des transports publics pour les plus de 65 ans.

"La fin des remises de peine à tout va"

Ce qui surprend aussi dans le programme de la N-VA, c'est l'accent mis sur la sécurité et l'immigration. Une libération anticipée ne serait possible qu'au 4/5e de la peine, mais le parti souhaite aussi mettre fin à libération conditionnelle effectuée, selon lui, en masse et sans encadrement suite à l'introduction du bracelet électronique.

L'impact des fautes de procédures devrait également être amoindri et il ne devrait plus y avoir la moindre tolérance face aux drogues.
Bar De Wever sait qu'il y aura besoin de davantage de prisons pour rendre effectif un tel programme. Mais c'est pour cela qu'il faut veiller à ce qu'un maximum de prisonniers étrangers effectuent leur peine dans leur pays. La diplomatie avec des pays comme le Maroc devrait donc être prioritairement utilisée pour mettre en place des politiques de rapatriement. L'autre priorité est de renvoyer les sans-papiers dans leur pays. "volontairement si c'est possible, de manière forcée s'il le faut".

La N-VA s'en prend en particulier à la politique de régularisation "continue" individuelle et collective menée par le gouvernement. Ils réclament l'organisation de tests linguistiques pour les chômeurs qui ne parleraient pas le néerlandais. Quant aux ressortissants européens, ils devraient suivre un parcours d'intégration dès lors qu'ils séjournent dans le pays pendant plus de trois mois.

Le modèle canadien

La N-VA se base sur le modèle d'immigration canadienne qui vise surtout à attirer dans son pays les travailleurs et les cerveaux. "Les flux de migrations doivent être mieux contrôlés", selon De Wever, car "ceux qui ne viennent pas dans notre pays pour travailler ou étudier ont plus de chances de finir au chômage".

Pour mettre en oeuvre ce nouveau programme de la N-VA, la voie la plus sûre est le confédéralisme, a assuré le vice-président, Ben Weyts. Il s'agit là, dit-il, du seul moyen d'éviter la résistance francophone.

En savoir plus sur:

Nos partenaires