"La N-VA veut jeter le discrédit sur le syndicalisme"

20/02/13 à 11:58 - Mise à jour à 11:58

Source: Le Vif

Le dossier de la comptabilité de l'ACW (l'aile flamande du mouvement ouvrier chrétien) pousse le monde syndical à se défendre. C'est ce que constate aussi le président de la FGTB, Rudy De Leeuw. "C'est une attaque contre tous les progressifs de Flandre."

"La N-VA veut jeter le discrédit sur le syndicalisme"

© Saskia Vanderstichele

Rudy De Leeuw: Bien sûr, je ne connais pas les comptes de l'ACW et le fisc n'a pas émis de réserves sur leurs écritures lors de contrôles successifs. Mais bon, si ces allégations sont vraies, elles outrepassent les limites. Vu la façon dont les choses évoluent maintenant, les retombées ne restent pas limitées à l'ACW ou l'ACV (le syndicat chrétien flamand). Ce dossier menace d'affaiblir le mouvement ouvrier tout entier. La N-VA utilise l'affaire de la comptabilité de l'ACW pour discréditer le mouvement syndical. C'est une attaque contre tous les progressifs de Flandre. Parce que, bien sûr, la Flandre de De Wever et son parti n'est pas celle du mouvement ouvrier. Nous aspirons à la chaleur, la solidarité et la sollicitude les uns pour les autres.

Dans les affaires financières, les organisations sociales sont particulièrement vulnérables. A la FGTB aussi, nous avons tiré des leçons du passé . Nos règles sont strictes, ainsi il y a des directives très claires sur les placements autorisés. Parce que les progressifs ne doivent pas seulement se tenir à la loi, ils sont également contraints d'agir selon l'esprit de leurs propres prises de position et des valeurs qu'ils souhaitent représenter.

Comme vous l'avez vécu dans l'affaire des "intérêts notionnels"

De Leeuw: J'ai commis une erreur dans cette affaire d'intérêt notionnel. Je ne savais pas que le comptable avait utilisé cette technique, mais j'aurais dû être au courant. Au moment où je l'ai vu, c'était trop tard. Cela ne m'arrivera plus. On pourrait dire "ce n'était rien de grave. Ce n'est arrivé qu'une seule fois, pour un montant limité dans une petite société." Ce n'est pas mon point de vue. J'ai démissionné en tant qu'administrateur de cette société, exactement pour éviter cette confusion. Cet épisode m'a placé devant un miroir. Je n'ai rien fait d'illégal. Je n'ai pas réalisé de placements immoraux. Fiscalement, tout a été rectifié. Et cependant, j'ai fourni des munitions à nos opposants et ils en ont fait usage . Contre moi et par conséquent contre le syndicalisme. C'était donc de ma faute. Cela n'arrivera plus. Que personne ne se trompe : la FGTB et Rudy De Leeuw restent opposés à cent pour cent contre l'intérêt notionnel.

Walter Pauli

En savoir plus sur:

Nos partenaires