"La N-VA veut casser les mécanismes de concertation sociale" à la belge

13/04/15 à 10:22 - Mise à jour à 10:22

Source: Belga

Le député européen cdH Claude Rolin et ancien secrétaire général de la CSC , a dénoncé lundi l'attitude de la N-VA envers la concertation sociale "à la belge", qu'il estime en danger.

"La N-VA veut casser les mécanismes de concertation sociale" à la belge

Le député européen cdH Claude Rolin. © Belga - LAURIE DIEFFEMBACQ

"Je suis inquiet: la N-VA veut casser les mécanismes de concertation sociale", a-t-il affirmé au micro de la radio Bel-RTL, dont il était l'invité. En remettant en cause la concertation sociale comme le fait le gouvernement Michel 1er, "on casse un ressort fondamental", a ajouté M. Rollin.

Il a assuré que son successeur comme numéro deux du syndicat chrétien, Marie-Hélène Ska - après le président Marc Leemans -, se débrouillait très bien" face au (gouvernement) fédéral, qui a décidé un saut d'index en dépit de l'opposition du front commun syndical.

"La CSC fait du très bon travail", a ajouté M. Rolin, élu en mai dernier député européen sur une liste du cdH. Il s'est par ailleurs montré critique à propos du projet de partenariat commercial entre l'Union européenne et les Etats-Unis (TTIP), estimant que cet accord de libre-échange risquait d'entrainer une révision "à la baisse" d'une série de normes en vigueur en Europe et qui "font partie du modèle européen". Le parti humaniste estime globalement que l'avantage économique du TTIP risque d'être modeste, alors que ses principes sont incompatibles avec une Europe humaniste.

Ainsi, les clauses d'arbitrage privé, qui permettraient à une entreprise étrangère d'intenter directement des poursuites contre les pouvoirs publics auprès d'arbitres internationaux, ne respectent pas pleinement l'Etat de droit, l'égalité devant la loi et la transparence, selon le cdH.

Nos partenaires