La N-VA provoque une poussée de fièvre au parlement

10/05/16 à 16:11 - Mise à jour à 16:11

Source: Belga

(Belga) Les critiques n'ont pas manqué mardi à l'adresse de la N-VA après sa sortie sur la neutralité de l'Etat. Plusieurs députés, membres de la Commission de révision de la Constitution, ont reproché aux nationalistes flamands de tenter d'enterrer un débat entamé il y a peu. L'initiateur de ce débat, Patrick Dewael (Open Vld), a annoncé qu'il se sentait libre désormais.

La N-VA provoque une poussée de fièvre au parlement

La N-VA provoque une poussée de fièvre au parlement © BELGA

Interrogés dans "La Libre", les députés Hendrik Vuye et Veerle Wouters ont expliqué l'opposition de leur parti à inscrire la neutralité ou la laïcité de l'Etat dans la Constitution. Les nationalistes flamands voient un "agenda caché" derrière certaines propositions, en particulier un démantèlement de l'enseignement catholique, largement majoritaire en Flandre. La Commission a choisi d'entendre des philosophes et des constitutionnalistes sur le sujet avant d'essayer de trouver un consensus. La sortie de la N-VA a donc paru peu respectueuse de la procédure retenue. Aux yeux de M. Dewael, il en va de ce débat comme des dossiers éthiques où la liberté de vote prévaut habituellement (et où des majorités de rechange ont déjà vu le jour, ndlr). "Je me sens un homme libre dans cette commission et, dans la finalisation de ses travaux, je le serai aussi", a-t-il déclaré. La colère était palpable dans les rangs du MR, qui souhaite aller jusqu'au bout du débat initié. "Ma formation politique souhaite une société où il est bon de vivre ensemble quels que soient les engagements philosophiques ou religieux, et j'entends aller jusqu'au bout de ce qui sera dit", a clamé Richard Miller. (Belga)

Nos partenaires