La N-VA dans une majorité : "c'est un vrai cauchemar", selon Wathelet

27/01/14 à 10:45 - Mise à jour à 10:45

Source: Le Vif

Le secrétaire d'État Melchior Wathelet (cdH) a dit ses craintes lundi devant la constitution d'une majorité de centre-droit en Flandre après les élections. L'hypothèse implique en principe d'associer la N-VA, ce qui constitue, à ses yeux, un danger pour le pays.

La N-VA dans une majorité : "c'est un vrai cauchemar", selon Wathelet

© IMAGEGLOBE

"Je trouverais ça pas mal du tout", a souligné M. Wathelet interrogé sur "La Première" à propos d'une alliance CD&V-Open Vld au nord du pays. Le centriste a toutefois ajouté une mise en garde de taille: plus que probablement, les chrétiens-démocrates et les libéraux flamands devraient s'allier avec la N-VA pour constituer une majorité. Il voit là un danger: revivre les affres de la crise institutionnelle de 2010-2011 et les tentatives infructueuses de conclure un accord avec les nationalistes flamands.

"A-t-on envie de passer à nouveau 561 jours d'affaires courantes?" a demandé M. Wathelet. Et d'ajouter: "plus vous vous approchez d'une majorité de centre-droit en Flandre, c'est-à-dire avec la N-VA, plus c'est dangereux pour le pays".

Interrogé samedi dans "De Tijd", le vice-premier ministre MR, Didier Reynders, n'excluait pas de voir le président de la N-VA, Bart De Wever, devenir premier ministre, dès lors que celui-ci renonçait à mettre en oeuvre un programme nationaliste. "Il est acceptable en tant que bourgmestre de la plus grande ville de Flandre, pourquoi pas comme premier ministre?" a déclaré M. Reynders.

Du côté du cdH, M. Wathelet a dit tout le mal qu'il pensait d'un tel scénario. Il ne s'imagine pas vice-premier ministre dans un tel gouvernement: "Objectivement, c'est un vrai cauchemar. Je n'imagine pas que la N-VA va aller dans un gouvernement pour ne pas appliquer son programme".

Réticences similaires exprimées au micro de Bel-RTL par l'ex-ministre Marie-Dominique Simonet (cdH), autre tête de liste centriste à Liège pour les élections du 25 mai: "Dire qu'il (Bart De Wever) pourrait être un bon premier ministre, ce serait extrêmement dangereux".

En savoir plus sur:

Nos partenaires