"La N-VA a raté son rendez-vous avec l'histoire et va devoir supplier le CD&V"

26/05/14 à 15:23 - Mise à jour à 15:23

Source: Le Vif

La N-VA a raté son rendez-vous avec l'histoire selon le politologue flamand Bart Maddens (KUL). "Malgré son triomphe, la N-VA ne pourra pas se montrer intransigeante. Au contraire, celle-ci devra supplier à genoux le CD&V de participer à une coalition. Pénible"

"La N-VA a raté son rendez-vous avec l'histoire et va devoir supplier le CD&V"

© Belga

Dans une opinion sur le site de la VRT, le politologue de la KUL, Bart Maddens affirme que "Bart De Wever a raté son rendez-vous avec l'histoire" . Malgré son triomphe électoral, la N-VA n'est pas dans une position où elle peut se montrer intransigeante. Au contraire pour le politologue, "si elle veut participer au pouvoir, la N-VA devra supplier à genoux le CD&V".

Même si la réforme de l'état n'a pas été l'un des grands thèmes de la campagne, elle peut tout de même venir semer le trouble. "Le CD&V est tétanisé par l'idée qu'un gouvernement flamand dominé par la N-VA puisse mettre des bâtons dans les roues de la sixième réforme de l'état. (...) Pas moins de 26 accords de collaborations doivent être conclus entre le gouvernement flamand et les autres niveaux d'autorités. Les partis traditionnels craignent que la N-VA utilise cela comme un levier pour extorquer de nouveaux transferts de compétences."

Un cruel dilemme : Si la N-VA veut rentrer au gouvernement, elle va devoir se muter en un parti traditionnel.

Les partis traditionnels ne sont pas les seuls à s'inquiéter. La N-VA a aussi des raisons de se faire du souci précise Maddens . "La N-VA se trouve désormais devant un dilemme de choix. Si elle veut gouverner, elle va devoir se muter en parti traditionnel. Les exigences communautaires devront également être mises au frigo, en même temps qu'une bonne partie de leur programme socio-économique. Car si la N-VA fait mine de faire des difficultés lors des négociations, c'est cinq ans d'opposition qui l'attend"
Et Maddens de conclure "peut-être que l'un des principaux soucis de la N-VA est de ne pas donner l'impression d'être un parti qui s'exclue lui-même du jeu en arborant une attitude inflexible lors des négociations. Il devra donc faire montre d'une certaine flexibilité . Mais si la N-VA va trop loin dans ce sens , et qu'elle est tout de même éjectée du bateau, ces concessions vont la poursuivre durant 5 ans et compliquer son travail dans l'opposition".

Nos partenaires