"La mer du Nord n'est pas une piscine chauffée, elle peut tuer"

09/05/16 à 10:58 - Mise à jour à 10:58

Source: Belga

Le gouverneur de Flandre occidentale Carl Decaluwé souhaite punir plus sévèrement toute personne se baignant dans la mer malgré une interdiction. "Quiconque se baignerait en dehors des zones autorisées devrait recevoir une amende".

Des zones de baignade surveillée ont été mises en place le week-end dernier au littoral, mais uniquement à Blankenberge et au Coq. Pourtant, des baigneurs ont été observés dans d'autres communes de la Côte.

En théorie, toute personne qui nage dans la mer malgré une interdiction s'expose à une amende de 250 euros, mais, dans la pratique, aucune n'est administrée. Pour le gouverneur, "les gens qui ne se plient pas aux règles doivent systématiquement recevoir une amende". Carl Decaluwé se montre encore plus ferme envers les personnes qui nageraient tout de même et devraient être secourues.

"Un tel sauvetage coûte des milliers d'euros. Rien que pour maintenir l'hélicoptère H90 une heure dans les airs, la facture s'élève à 1.000 euros. Les personnes en infraction devraient payer ces frais. L'Etat ne peut pas continuer à assumer la responsabilité de ceux qui violent la loi." "En principe, il n'y a pas de sauveteurs à cette période de l'année", ajoute le gouverneur. "L'eau est trop froide et c'est donc dangereux. Il est déjà arrivé que quelqu'un décède à cause de la trop brusque transition entre le chaud et le froid."

En savoir plus sur:

Nos partenaires