La majorité communale à Courtrai dément avoir coupé le cordon sanitaire

03/01/13 à 11:28 - Mise à jour à 11:28

Source: Le Vif

La majorité communale à Courtrai (Open Vld, N-VA et sp.a) a affirmé jeudi son respect du cordon sanitaire à l'égard du Vlaams Belang, au lendemain de l'entrée d'un mandataire VB au conseil de police.

La majorité communale à Courtrai dément avoir coupé le cordon sanitaire

© Image Globe

Mercredi soir, Maarten Seynaeve (Vlaams Belang) a récolté 17 voix sur son nom, alors que son groupe politique n'en rassemblait que seize. Le CD&V et Groen (tous deux dans l'opposition) ont immédiatement reproché à la majorité d'avoir brisé le cordon sanitaire.

"Pour couper le cou aux spéculations, tous les conseillers communaux de la coalition communale déclarent sur l'honneur avoir apporté leur voix à des candidats de leur propre parti de la coalition, en raison du strict respect du cordon sanitaire", a réagi la coalition du bourgmestre faisant fonction, Rudolf Scherpereel.

Les trois partis de la majorité ont fait observer que ce faisant, ils ont perdu un siège au conseil de police, et se sont dits consternés du résultat du vote.

A Denderleeuw, ce sont le sp.a et l'Open Vld qui accusent le CD&V et la N-VA d'avoir rompu le cordon sanitaire en ayant fait adopter, avec le soutien du Vlaams Belang, une proposition anticipant d'une semaine le vote à bulletin secret sur la nomination des membres du collège communal.

Le sénateur CD&V Rik Torfs avait surpris mercredi matin en remettant en question l'efficacité de la stratégie du cordon sanitaire et en plaidant pour son abandon progressif, des propos qui ont été jugés dangereux par le ministre d'Etat Louis Michel (MR).

Nos partenaires