La loi postale adoptée en première lecture en commission

07/11/17 à 13:30 - Mise à jour à 13:31

Source: Belga

(Belga) La commission Infrastructure de la Chambre a approuvé mardi en première lecture le projet de réforme de la loi postale. Face aux inquiétudes de l'opposition, le ministre de la Poste, Alexander De Croo, s'est voulu rassurant: il n'a pas l'intention de modaliser le service postal en fonction des zones géographiques, ni de déroger au principe de distribution pendant 5 jours par semaine.

Le texte transpose une directive européenne et coordonne les dispositions éparses qui régissent ce secteur. Il modernise aussi certaines règles au regard de l'évolution de la société où la communication électronique a pris une place prépondérante. Le projet vise l'ensemble du service postal qui, dans un cadre européen libéralisé, sera ouvert à d'autres acteurs. L'enjeu de bpost, opérateur postal historique, aujourd'hui est tout à la fois de garantir le service postal universel à la population à un prix abordable, sans qu'il ne devienne une charge pour les finances de l'Etat, et de demeurer "un champion industriel", a rappelé le ministre. Pour répondre à la Commission européenne, les conditions fixées par le gouvernement précédent pour devenir un opérateur en Belgique sont assouplies. Plusieurs partis de l'opposition redoutent qu'à l'avenir, bpost concentre son service sur les grands centres et délaisse les zones rurales. "Le gouvernement n'a pas l'intention de permettre une différenciation géographique du service universel", a souligné M. De Croo. Un affirmation de principe qui ne rassure pas tout le monde, en particulier le cdH. La Belgique est particulièrement exposée à la concurrence de ses voisins et le service dans des villes comme Anvers ou Liège pourrait se voir "sucé" par des opérateurs néerlandais. "La crème financière sera prise par d'autres, le service universel ne sera plus rentable et les zones rurales ne seront plus desservies", a averti Michel de Lamotte (cdH). La privatisation de bpost a aussi plané au-dessus des débats. "Vous rendez la mariée plus belle", a fait remarquer Laurent Devin (PS). "Ce n'est ni un tabou, ni une idée fixe", a répondu M. De Croo. Le projet industriel sera privilégié si ce scénario devait revenir. Comme l'avait déjà indiqué le Premier ministre, un groupe de travail étudie la façon de garantir la gestion dynamique des participations publiques. "Aujourd'hui, il n'y a pas une discussion concrète sur bpost mais une discussion générale sur les participations de l'Etat", a souligné M. De Croo. (Belga)

Nos partenaires