La ligne radicalisation pour les enseignants connaît quelques soucis

22/01/16 à 20:54 - Mise à jour à 20:58

Source: Belga

RTL-TVI a testé vendredi la ligne téléphonique dédiée à la radicalisation mise en place à destination du monde enseignant, en faisant passer un de ses journalistes pour un professeur bruxellois. Ce dernier s'est retrouvé en communication avec une interlocutrice peu sûre d'elle et dans l'incapacité de faire appel à une équipe professionnelle ou de renvoyer vers un informateur plus aguerri.

La ligne radicalisation pour les enseignants connaît quelques soucis

image prétexte © iStockPhoto

Le sujet diffusé au journal télévisé paraît compliqué pour l'opératrice et "les intervenants semblent inexistants", a commenté la chaîne en divulguant quelques extraits du dialogue confus avec le journaliste maison.

Le gouvernement de la Fédération avait décidé il y a un an de la mise en place d'un plan de prévention par rapport au phénomène du radicalisme. Un numéro vert permet aux directeurs d'écoles et aux enseignants d'obtenir une assistance pour la détection du phénomène à l'école. Mais au bout de la ligne, l'assistante contactée ne peut répondre. Elle croit d'abord pouvoir renvoyer vers le coordinateur des équipes mobiles mais... il est "malade".

"Très honnêtement... vous permettez un instant", indique-t-elle avant de disparaître. Elle finit par évoquer quelques généralités rapportées par un collègue (il faut être attentif au changement vestimentaire, au comportement...)

Le cabinet de la ministre de l'Éducation Joëlle Milquet a réagi auprès de la chaîne en promettant des mesures dès lundi en vue d'obtenir un service "beaucoup plus professionnel".

Sur les bancs de l'opposition, la cheffe de groupe MR au parlement François Bertieaux a évoqué un résultat "hallucinant" et "inquiétant". Il s'agit d'un "déficit grave de fonctionnement d'un service au rôle important", a-t-elle dénoncé auprès de l'agence BELGA. Exigeant une réunion dans l'urgence de la commission de l'Éducation, elle souhaite que pour lundi on puisse dire "quelles mesures effectives seront prises, avec quelles personnes le service peut fonctionner et comment celles-ci sont formées".

Nos partenaires