La Libye abandonne la FN Herstal et se tourne vers la Russie, moins regardante

25/08/10 à 18:14 - Mise à jour à 18:14

Source: Le Vif

Certains médias affirmaient ce mercredi que la Libye aurait abandonné la FN Herstal pour un important contrat de livraison d'armes, craignant de nouvelles complications politiques, et lui préférant donc la Russie beaucoup moins regardante sur les questions éthiques.

La Libye abandonne la FN Herstal et se tourne vers la Russie, moins regardante

© Belga

Ce mercredi matin, La Libre Belgique et La Dernière Heure annonçaient que la Libye avait fini par laisser la Belgique en plan pour la livraison d'une grosse commande d'armes. En 2009, on s'en souvient, une première commande d'environ 11 millions d'euros avait provoqué des remous politiques et avait bien failli ne jamais être honorée par la FN Herstal. Du coup, selon les quotidiens, la Libye s'est tournée, pour sa deuxième (et beaucoup plus grosse) commande, vers la Russie, qui lui causera probablement beaucoup moins de tracas. Et en janvier 2010, un contrat d'une valeur de 1,3 milliard a donc été conclu.

Mais à la FN Herstal, on ne confirme pas cette information. "Nous parlons de dossiers classés secrets et nous ne faisons donc aucun commentaire", a déclaré le porte-parole de l'entreprise. En fait, il semble que la FN n'ait pas beaucoup d'information, ni sur l'éventuelle commande russe, ni non plus sur l'éventuel abandon par la Libye de la commande belge.

Mais du côté syndical, on commence pourtant à grincer des dents. "La direction ne nous dit rien. Nous ne savons pas ce qui est vrai ou non. Mais ce qu'on sait c'est que les ateliers sont vides et que 57 personnes sous CDD quitteront l'entreprise pour la fin septembre. D'autres pourraient suivre", a expliqué Pascal Potalivo (CSC Metal), plaidant pour que la Région revoit sa politique d'octroi de licences d'armes. C'est que si la Libye pouvait encore revoir sa position pour son second contrat et revenir vers la FN Herstal, cela garantirait pour cinq ans de travail à 400 personnes dans l'entreprise. On imagine que la Région wallonne doit être déchirée entre cette perspective et les questions éthiques que pareil contrat peuvent poser.

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires