La junte thaïlandaise doit abandonner des charges pour des commentaires sur Facebook

09/08/17 à 07:34 - Mise à jour à 07:35

Source: Belga

(Belga) L'ONG de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch exhorte mercredi la junte militaire thaïlandaise d'abandonner les charges contre deux anciens ministres et un journaliste qui ont formulé des critiques envers le régime militaire sur le réseau social Facebook.

Les poursuites sont les derniers exemples des "mépris pour les droits à la liberté d'expression et à la dissidence pacifique", estime l'ONG dans un communiqué. Les poursuites pour sédition et crime informatique ont été entamées depuis le début du mois par la division de la police thaïlandaise chargée de la suppression de la criminalité technologique et visent l'ancien journaliste Pravit Rojanaphruk (Khaosod English) ainsi que les anciens ministres de l'Énergie Pichai Naripthaphan et du Développement social Watana Muangsook . Les trois individus ont posté des commentaires sur Facebook au sujet des problèmes politiques et économiques sous le régime militaire. Le journaliste Pravit a particulièrement visé la junte et l'action tardive des autorités dans les régions inondées au nord du pays. L'ancien ministre Watana a exprimé son soutien pour l'ancienne Première ministre Yingluck Shinawatra, démise par l'armée en 2014 et actuellement jugée pour corruption. "La portée dictatoriale de la junte thaïlandaise s'est élargie des sources traditionnelles aux médias sociaux comme Facebook", dénonce le directeur d'Human Rights Watch en Asie, Brad Adams. Facebook, qui compte 47 millions d'utilisateurs en Thaïlande, soit un habitant sur deux, a affirmé à l'agence de presse DPA avoir bloqué du contenu à la demande du régime militaire. (Belga)

Nos partenaires