La guerre est déclarée entre Paul Furlan et le patron de la Cwape

23/11/16 à 19:26 - Mise à jour à 19:26

Source: Belga

Un important décret fixant la méthodologie tarifaire des gestionnaires de réseaux de distribution de gaz et d'électricité en Wallonie a été renvoyé en commission, mercredi en séance plénière, au terme d'un imbroglio fondé sur un article de presse fantôme, mais potentiellement détonant pour l'indépendance de la CWAPE, le régulateur wallon de l'énergie.

La guerre est déclarée entre Paul Furlan et le patron de la Cwape

Le ministre wallon de l'Energie, Paul Furlan. © Belga

Au moment d'aborder le débat sur ce décret, Jean-Luc Crucke (MR) a fait état d'un article de presse qu'il croyait avoir été publié samedi, dans le complément économique du quotidien Le Soir. En réalité, cet article n'est pas paru samedi dans la version papier, mais il a fait l'objet d'une brève parution la veille sur le site internet du Soir. Il en a toutefois été retiré, dans la perspective d'une parution prochaine. Jean-Luc Crucke, qui a eu le temps de voir l'article brièvement publié, parle d'une interview détonante de Francis Ghigny, le président de la CWAPE, régulateur wallon de l'énergie.

"M. Ghigny dit que le gouvernement wallon menace l'indépendance de la CWAPE" et "cite de manière nominative des personnes proches de membres du gouvernement", affirme le député. M. Ghigny doit prendre sa retraite prochainement, et parmi les prétendants à sa succession figure une belle-soeur de Paul Magnette, ministre-président wallon, selon cet article dont une version circulait dans les couloirs du parlement. Le président de la CWAPE évoque aussi une pression du PS lorsqu'il fut question en fin de législature précédente de prolonger son mandat jusque fin janvier 2017, afin selon lui de l'empêcher de postuler pour un renouvellement en bonne et due forme qui lui aurait ouvert un nouveau mandat de cinq ans. "Est-ce que cela ne crée pas un malaise dans cette assemblée? ", a demandé Jean-Luc Crucke.

Pour lui, Francis Ghigny, ancien chef de cabinet du ministre Ecolo José Daras, parle comme "un homme qui va quitter une fonction et dévoile tout ce qui se passe derrière". Le député a déposé une motion pour renvoyer le projet de décret en commission afin d'entendre M. Ghigny. Il a été soutenu par Ecolo.

L'opposition, qui comptait plus de députés que ceux de la majorité présents en séance à ce moment de la matinée, a remporté le vote par 15 voix contre 12, mais faute de quorum, une suspension de séance a été ordonnée. Un second vote en fin de matinée a abouti à une... unanimité pour un renvoi en commission. La majorité PS-cdH, bien qu'en nombre suffisant pour le quorum, n'avait en effet pas réussi à réunir suffisamment de députés pour remporter le vote, et s'est donc résolue au renvoi en commission.

Le débat rebondi

Le débat a rebondi dans l'après-midi, à la faveur d'une question du député Philippe Henry (Ecolo) au ministre de l'Énergie Paul Furlan (PS). "M. Ghigny se sent pousser des ailes et avance des choses un peu curieuses", a répondu le ministre. "Mais il est vrai que l'indépendance de l'organe risque d'être mise à mal parce que la procédure de renouvellement de son poste traîne".

Le ministre affirme avoir lui-même insisté pour que M. Ghigny fasse partie du jury qui renouvellera son poste. Cela nécessite de modifier le décret, "ce qui prend du temps". Profitant de la modification du décret, une réflexion a été menée sur l'indépendance financières de la CWAPE, que celle-ci réclame aussi. "Auditionnons (M. Ghigny) sur tous les éléments. Procédure pour procédure, nous allons alors réclamer des informations sur sa prise de fonction depuis 2014, je vous l'annonce", a lancé Paul Furlan, qui confirme aussi son intention d'admettre M. Ghigny à la pension au 31 janvier 2017.

Dans le même temps, l'intéressé sera intégré dans le comité de sélection. Un point en ce sens sera déposé au gouvernement de ce jeudi. "Si vous aviez voulu changer la procédure, vous pouviez le faire depuis deux ans. Quoi qu'il se passe dans deux mois, la CWAPE sera suspecte", a déploré de son côté Philippe Henry. Preuve de l'ambiance délétère à la CWAPE, lalibre.be a publié en fin de journée un mail de la vice-présidente de la CWAPE et belle-soeur de Paul Magnette, duquel il ressort que celle-ci a fait l'objet d'un rapport pour harcèlement moral, rapport réclamé par M. Ghigny, et qu'elle conteste en dénonçant une volonté de la discréditer.

Nos partenaires