"La guerre continue"

02/11/10 à 09:43 - Mise à jour à 09:43

Source: Le Vif

Le député flamand CD&V Eric Van Rompuy affirme avoir à nouveau perçu un "langage guerrier" entre le PS et la N-VA au cours du week-end écoulé, par l'entremise du ministre-président bruxellois Charles Picqué (PS) et du numéro deux de la N-VA Siegfried Bracke.

"La guerre continue"

© Belga

Le conciliateur royal n'a de chance de réussir sa mission que si "le calme revient", écrit Eric Van Rompuy sur son blog.

Interrogé dimanche par RTL-Tvi, Charles Picqué avait indiqué en substance avoir entendu signifier, pendant les négociations, que par-delà la volonté de mettre fin à la francisation, les mesures prises au nord du pays vue de préserver le caractère flamand de la périphérie dans le domaine du logement social visaient aussi à se protéger des flux migratoires dont Bruxelles aurait dès lors à gérer seule les conséquences.

Le ministre-président bruxellois avait dit y voir la confirmation que la Flandre est occupée à "se racrapoter". "Charles Picqué reproche implicitement aux flamands de pratiquer un racisme larvé et d'engluer unilatéralement Bruxelles avec les problèmes des immigrés", a déploré Eric Van Rompuy.

Du côté de la N-VA, Eric Van Rompuy a épinglé les propos de Siegfried Bracke, lequel n'a pas écarté la possibilité d'un retour aux urnes s'il n'y a aucune perspective d'accord sur une réforme de l'état, le 12 novembre prochain.

"Il menace à nouveau avec un deadline le 12 nombre", a souligné le mandataire CD&V, se demandant si les autres partis devraient encore longtemps laisser le PS et la N-VA agir de la sorte.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires