La gestion publique de l'eau sera un service d'intérêt économique général en Wallonie

10/03/16 à 18:00 - Mise à jour à 18:00

Source: Belga

(Belga) Le parlement wallon s'apprête à approuver jeudi un projet de décret faisant des secteurs publics issus du domaine de l'eau des "services d'intérêt économique général", une qualification vue par le gouvernement comme un rempart à une éventuelle libéralisation, mais dont la portée a été jugée quasi-nulle par l'opposition MR et Ecolo.

Ce débat s'inscrit dans le cadre des négociations en cours sur les traités internationaux de libre-échange tels que le TTIP (UE-Etats-Unis). Selon le ministre de l'Environnement Carlo Di Antonio, la modification, qui touche la production et la distribution de l'eau, ainsi que la collecte et l'assainissement des eaux usées, permettra de rappeler le rôle essentiel et le large pouvoir discrétionnaire de la Wallonie pour fournir, faire exécuter et organiser ces services en répondant autant que possible aux besoins des utilisateurs. Mais pour l'opposition, qui se fonde sur l'avis du Conseil d'Etat, le texte n'offre aucune garantie supplémentaire par rapport à la situation existante. "C'est un rempart en papier mâché, une envolée lyrique purement iddéologique", a affirmé Olivier Maroy (MR). Stéphane Hazée (Ecolo) craint que le texte n'offre qu'un faux sentiment de protection, et traduise en réalité une capitulation du gouvernement qui reconnaîtrait ainsi l'inéluctabilité du TTIP. Le ministre n'a pas nié le caractère déclaratoire de la modification. Mais il réfute que ce soit superflu, car ce principe général devra être suivi dans toute adaptation décrétale future. "Cela peut apparaître comme une évidence, mais c'est un geste fort", a-t-il soutenu, à quelques jours de la Journée mondiale de l'eau. (Belga)

Nos partenaires