La Flandre " qui gagne " patauge aussi

06/03/15 à 09:07 - Mise à jour à 09:07

Source: Le Vif/l'express

Artifices budgétaires, administration pléthorique, " réglementite " aiguë, bureaucratie tatillonne, nominations politisées : en matière de bonne gouvernance, la Flandre rentre dans le rang.

La Flandre " qui gagne " patauge aussi

© Belga

L'acte de décès est paru sans publicité tapageuse. L'enterrement s'est déroulé sans fleurs ni couronnes. RIP ViA : la Flandre renonce à s'autoproclamer officiellement "Vlaanderen in Actie". Elle sait se faire discrète quand il s'agit de ravaler sa fierté.

Rideau sur une belle aventure lancée en 2006 par un certain Yves Leterme (CD&V), alors ministre-président flamand mais aussi chantre de la "goed bestuur." Viva ViA ! Longue vie à "Vlaanderen in Actie", le plan de bataille d'une Flandre conquérante. Qui promettait de la hisser dans le top 5 des régions les plus performantes d'Europe d'ici 2020. D'en faire un champion de l'efficience dans la gestion publique, un "crack" de l'économie de la connaissance. Et de mettre dans la tête de six millions et demi de Flamands que "ce que nous faisons nous-mêmes, nous le faisons mieux."

Mais la coalition N-VA-CD&V-Open VLD sortie des urnes de mai 2014 a liquidé ViA. Motif : 337 projets programmés à l'époque et moins de 40 réalisations bouclées au bout de huit ans. Les langues se délient pour enfoncer le clou dans le cercueil : "ViA était un projet de prestige, sans consistance, sans cohérence, sans animateur. Une pure opération de marketing." La palme de l'oraison funèbre à Luc De Bruyckere, l'ex-patron des patrons flamands : "ViA était un magasin où tout était à acheter, mais où finalement personne n'était comblé." Un bric-à-brac à ne pas confondre avec un plan Marshall à la flamande : "le plan Marshall wallon dégage une image positive, porte l'idée d'un redéploiement économique associé à des projets concrets", relève le politologue Dave Sinardet (VUB.)

L'actuel gouvernement flamand assure ne jeter que l'emballage. Promet de garder le cap. En moins bling-bling. Priorité à une approche plus transversale pour relancer la success story flamande, en repoussant à 2040-2050 l'horizon des ambitions. Sage report, pour une région qui pointait encore à la 27e place au dernier classement des performances des 134 régions d'Europe. Et pour ce bon père de famille pris en défaut de rigueur : la Flandre des équilibres et des surplus budgétaires, de l'endettement nul jusque 2008, se découvre un déficit estimé en 2014 à 560 millions. Elle écope d'une dette directe, passée sans coup férir en 2013 de 3,995 milliards à 16,6 milliards d'euros. Avec une tendance durable à la hausse.

Le dossier dans Le Vif/L'Express de cette semaine. Avec :

  • la fin du modèle flamand
  • la boulimie administrative
  • les nominations politisées
  • les communes exsangues

Nos partenaires