La Flandre n'acceptera pas que Zaventem soit freiné dans son développement

12/05/14 à 13:48 - Mise à jour à 13:48

Source: Le Vif

Le ministre-président flamand, Kris Peeters (CD&V), a exclu mardi tout transfert d'activités de l'aéroport de Bruxelles-National vers ceux de Liège ou Charleroi, une possibilité évoquée peu auparavant par le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet (cdH).

La Flandre n'acceptera pas que Zaventem soit freiné dans son développement

"Nous ne permettrons pas que Zaventem soit freiné dans ses possibilités de développement économique. Un déplacement (de certaines activités) vers Liège ou Charleroi est également néfaste pour l'emploi néerlandophone - tout comme francophone - à Zaventem", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Selon M. Peeters, "l'aéroport de Zaventem est une porte économique très importante pour la Flandre et la Belgique".

Il a fait valoir que Brussels Airport accueillait plus de 260 entreprises, qui représentent plus de 20.000 emplois directs et 24.000 indirects. Des 20.000 travailleurs directs, près de 3.000 habitent en Région bruxelloise et 2.300 en Wallonie.

"La Flandre prend sa part des nuisances de l'aéroport mais plaide pour leur répartition équitable", a poursuivi le ministre-président. Il est pour lui important que les communes de la Région bruxelloise prennent leur part (de nuisances) dans le cadre d'une répartition équitable, afin que cela soit supportable pour tous les riverains.

"La solidarité entre le nord et le sud de la Belgique, entre Flamands et francophones, signifie que l'on soutienne mutuellement les pôles de croissance de chacun car on est convaincu que tout le monde en bénéficie", a souligné M. Peeters.

M. Wathelet a prévenu lundi qu'un refus par la Flandre d'un allégement à Bruxelles des nuisances sonores causées par l'aéroport de Bruxelles-National entraînera une réduction de l'activité de cette plate-forme.

"S'il y a trop de nuisances en Flandre et à Bruxelles, il existe d'autres solutions. Par exemple Liège ou Charleroi", a-t-il affirmé au micro de l'émission De Ochtend de la VRT-radio.

En savoir plus sur:

Nos partenaires