La Flandre championne des inégalités à l'école

01/09/17 à 10:41 - Mise à jour à 10:41

Source: De Standaard

Même si la Flandre affiche de bons résultats au classement PISA, elle ne doit pas se reposer sur ses lauriers pour autant. Une analyse des résultats du sondage de 2015, relayée par le quotidien De Standaard, révèle en effet qu'en matière d'inégalités, elle est très à la traîne par rapport aux autres pays.

La Flandre championne des inégalités à l'école

© Getty Images/iStockphoto

Aujourd'hui en Flandre, l'origine socio-économique d'un élève détermine encore toujours ses résultats scolaires : les moyens financiers de ses parents sont directement proportionnels à ses résultats. L'analyse des conclusions de l'enquête PISA par les professeurs Kristof De Witte (KU Leuven) et Jean Hindriks (UCL) révèle en effet que les enfants de parents nantis et hautement qualifiés obtiennent systématiquement de meilleurs résultats en lecture, en mathématiques et en sciences.

Le rapport établit que les 10% d'élèves de quinze ans au profil socio-économique le plus élevé ont 79% de chance de se trouver en enseignement général alors que pour les 10% d'élèves issus des milieux les plus modestes, ce chiffre n'atteint que 22%. Il en va de même pour les redoublements : seuls 8% des élèves les plus "aisés" ont déjà refait une année, alors que ce pourcentage s'élève à 45% pour les élèves les plus "démunis".

Interrogé par De Standaard, le chercheur Jean Hindriks se dit inquiet par cette inégalité : "Il n'est pas étonnant que certains élèves se découragent et décrochent. Ils ne croient plus au système parce qu'ils constatent que les élèves défavorisés s'en sortent moins bien".

Ascenseur social

Le professeur en sociologie Dirk Jacobs (ULB) confirme les conclusions du rapport dans une étude publiée cette semaine. "Les résultats me font peur. Notre enseignement ne remplit pas son rôle d'ascenseur social, et c'est particulièrement vrai pour les enfants issus de l'immigration", confie-t-il au Standaard.

Nos partenaires