La diplomatie secrète du roi Baudouin

16/07/18 à 08:00 - Mise à jour à 08:17
Du Le Vif/L'Express du 12/07/18

Il était une fois un roi qui imposait à son pays un ministre de son choix. Qui tentait de faire démissionner son Premier ministre. Qui intervenait dans la politique africaine de la Belgique. Ce souverain, décédé il y a vingt-cinq ans, c'est le roi Baudouin, dont l'influence politique contraste avec l'exercice du pouvoir royal aujourd'hui.

Un dimanche d'été. Il y a vingt-cinq ans. Ce matin du 1er août 1993, la Belgique est comme tétanisée. Elle vient d'apprendre la disparition inopinée de son roi, " mort cette nuit, à 63 ans, dans sa résidence de Motril, en Espagne ", annonce la radio. Des milliers d'anonymes affluent devant le palais royal, à Bruxelles. Depuis le petit matin, certains déposent des fleurs devant les grilles du bâtiment ou allument des bougies. Des scouts entament un chant en hommage à Elan royal, le totem de Baudouin. Les drapeaux tricolores apparaissent aux fenêtres. L'émotion ne cesse de grandir au cours de cette " semaine sainte " vouée à la mémoire du roi.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires