La désertion existe encore: 237 cas en quatre ans

18/03/15 à 10:15 - Mise à jour à 10:15

Source: Belga

L'armée belge a enregistré 237 cas de désertion entre 2010 et 2014. Le nombre de déserteurs a toutefois connu une tendance à la baisse, passant de 80 en 2010 à 61 en 2011, 31 en 2012, 41 en 2013 et 24 en 2014, ressort-il de la réponse du ministre de la Défense Steven Vandeput, à une question écrite de Tim Vandenput (Open Vld).

La  désertion existe encore: 237 cas en quatre ans

© Belga

On parle de désertion en temps de paix, en cas d'absence illégale de plus de 15 jours pour les officiers et de plus de 8 jours pour les autres militaires. En 2014, il s'est agi de 12 candidats-militaires et de 12 militaires et, plus en détail, d'un officier, de quatre sous-officiers et de 19 volontaires. Aucune désertion n'a été enregistrée lors d'une mission à l'étranger, comme ce fut le cas durant toute la période depuis 2010. Selon le ministre de la Défense, dans la plupart des cas, les motifs de l'absence illégale sont liés à des problèmes familiaux, sociaux, professionnels, médicaux et psychologiques.

En savoir plus sur:

Nos partenaires