La déroute du Vlaams Belang, mauvaise affaire pour la N-VA

25/05/14 à 19:25 - Mise à jour à 19:25

Source: Le Vif

A trop siphonner le Vlaams Belang, le parti de Bart De Wever se prive d'une force d'appoint indispensable pour se rendre mathématiquement incontournable au Parlement flamand et dans sa conquête du pouvoir.

La déroute du Vlaams Belang, mauvaise affaire pour la N-VA

© Belga

L'extrême-droite flamande est au tapis. Tenue désormais pour quantité presque négligeable dans le paysage politique flamand., elle ne fait visiblement plus rêver la Flandre. Tous les indicateurs livrés par les urnes convergent pour prédire au Vlaams Belang un "dimanche noir." Le parti de Filip Dewinter et consorts ne serait plus que l'ombre de lui-même, à des années-lumière de ses triomphes électoraux qui lui ont permis de capter jusqu'à 24% des voix flamandes.

Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme au sein de la mouvance nationaliste flamande. De toute évidence, le Vlaams Belang est siphonné par la N-VA. Le parti de Bart De Wever a tout lieu de pavoiser. Mais il doit aussi méditer les effets potentiellement pervers de cette théorie de vases communicants. Le glissement de voix pourrait lui jouer un mauvais tour en l'empêchant de devenir, si pas politiquement, au moins mathématiquement incontournable.

L'une des clés de la situation politique du pays se joue au Parlement flamand. Avec cette question cruciale : combien de sièges la N-VA et le VB décrocheront-ils ensemble au sein de l'assemblée régionale ? Que les deux formations nationalistes flamandes raflent 61 des 124 sièges au Parlement flamand, et aucun gouvernement flamand ne pourra être formé sans la N-VA. Bart De Wever y obtiendrait en outre un levier de blocage non négligeable sur l'échiquier politique fédéral.

Bart Maddens, politologue de la KUL proche du courant nationaliste flamand, y voyait même "le seul moyen, pour la N-VA, d'éviter, comme c'est très probable, d'être mise sur la touche par les autres partis."

Le défi supposait donc que le Vlaams Belang fasse sa part du travail par un apport suffisant de voix. Or, c'est tout le contraire qui se dessine. Laminé, le VB n'est d'aucun secours à la N-VA.

Les projections du Parlement flamand confirment le raz-de-marée N-VA (44 élus !) , mais aussi la bérézina du Vlaams Belang qui ne sauverait que six sièges et perdrait ainsi pas moins de 15 élus dans l'aventure. C'est énorme, et cela ne donne que 50 députés régionaux issus de la mouvance nationaliste flamande. La barre fatidique des 61 sièges s'éloigne.

Ce pourrait être une faiblesse pour Bart De Wever dans la phase de négociation qui s'annonce. A vérifier.

Pierre Havaux

Nos partenaires