La défense technique de Bernard Wesphael enfoncée par le médecin légiste

26/09/16 à 10:02 - Mise à jour à 10:02

Source: Le Vif

Une nouvelle semaine sensible s'annonce au procès Wesphael, avec la déposition d'Oswald De Cock et des voisins de la chambre 602.

Qui a gagné, qui a perdu ? Au début de la deuxième semaine du procès Wesphael, le jeu reste ouvert. Aux interruptions d'audience, la coagulation d'individus sur le parvis exposé au doux soleil d'automne des "cours de justice" de Mons est un indicateur de tendance. Les parties civiles (la famille de la victime) gagnent du terrain. Elles sont très entourées et, de jour en jour, Me Philippe Moureau sourit au monde entier. Il y a toutefois un biais à cette observation. Un déséquilibre. La soeur aînée et le cousin de Véronique Pirotton commentent les débats lorsque les micros se tendent. Jean-Philippe Mayence a férocement interdit au clan Wesphael d'en faire autant. Réduire au silence Jean Thiel, l'ami de Seraing, aussi voyant qu'un oiseau de paradis dans le petit groupe sombre des Wesphael, voilà une sévère punition. Pressées contre lui, l'ex-épouse et la fille de l'accusé donnent l'image d'une famille qui s'aime. A distance. Un bon point pour la défense.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires