La CSC satisfaite d'une nouvelle législation sur les produits reprotoxiques

11/09/17 à 15:35 - Mise à jour à 15:37

Source: Belga

(Belga) Le syndicat chrétien CSC se satisfait, lundi dans un communiqué, de l'adoption d'une nouvelle législation qui protège mieux les travailleurs et leurs enfants contre les substances dangereuses pour la reproduction (reprotoxiques). Le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, a pris cette initiative à la demande des syndicats belges qui, en 2015, ont mené une action sur cette problématique devant son cabinet, rappelle la CSC.

Les substances reprotoxiques peuvent diminuer la fécondité de l'homme et de la femme, entraîner des interruptions de grossesse et des anomalies congénitales (non héréditaires). Certaines substances reprotoxiques présentent des risques pour la santé de l'enfant pendant l'allaitement. Elles sont présentes dans de nombreux secteurs: il s'agit de certains métaux, de solvants, de pesticides et d'insecticides, de matières premières chimiques couramment utilisées, etc. "La nouvelle législation veille à ce que les règles plus strictes relatives à la manipulation de produits cancérigènes s'appliquent également aussi à ces substances reprotoxiques. Concrètement, les entreprises doivent avant tout rechercher des alternatives plus sûres pour ces substances", explique le syndicat. "A défaut, il faut travailler en circuits totalement fermés. Si ce n'est pas possible sur le plan technique, il faut maintenir l'exposition au niveau le plus bas possible au travers de diverses mesures. Les arguments économiques ne pourront plus être invoqués - comme pour les produits dangereux 'ordinaires' - pour ne pas appliquer les mesures de protection". Grâce à ces nouvelles règles, la Belgique emboîte le pas à des pays comme la France, l'Allemagne et l'Autriche, qui ont depuis longtemps instauré une législation similaire, estime la CSC. (Belga)

Nos partenaires