La croisade du MR pour défendre la neutralité de l'Etat

24/09/15 à 13:48 - Mise à jour à 13:49

Source: Le Vif/l'express

Le Vif/ L'Express présente, en exclusivité, le premier rapport issu de la réflexion libérale sur l'interculturalité. Priorité : lutter contre les accommodements raisonnables. Une réflexion de fond, contre les provocations de la N-VA.

La croisade du MR pour défendre la neutralité de l'Etat

Charles Michel et Denis Ducarme © BELGA

La N-VA commence à taper sur le système du MR au gouvernement fédéral. En multipliant les provocations dans le dossier des migrants, Bart De Wever, Theo Francken et Liesbeth Homans mettent le parti du Premier ministre à rude épreuve. Voilà soudain les libéraux contraints de composer avec des dérapages verbaux, des propositions intolérables en matière de droits humains ou, s'il s'y opposent fermement, de tenir des positions "proches du PS". "C'est choisir entre la peste et le choléra, dit-on en interne. Parfois, il est préférable que l'on se taise..."

C'est dans ce contexte politiquement tendu que le MR diffuse un premier rapport intermédiaire des Assises de l'interculturalité. Il s'agit d'une première réponse en forme de lame de fond à l'inquiétude actuelle face à l'immigration. Le Vif/ L'Express en présente le contenu en exclusivité. Au-delà des mots, du concret : dans les semaines qui suivent, une série de propositions de lois et de décrets vont être déposées à tous les niveaux de pouvoir. Avec davantage de chance de passer au fédéral qu'en Wallonie et à Bruxelles, où le MR est dans l'opposition. "C'est un travail sur le fond et au long cours, insiste Denis Ducarme. Ce n'est pas une réaction à chaud comme on en entend trop pour le moment. Il n'y a pas de solution simple à des problèmes complexes."

L'idée centrale consiste précisément à créer un Observatoire de la neutralité, en s'inspirant de l'Observatoire de la laïcité créé en France par le président Jacques Chirac en 2007 et installé sous François Hollande en 2013. Composé de parlementaires, de membres de l'administration et de spécialistes universitaires, il a émis depuis quantité de recommandations qui ont, parfois, débouché sur des lois. En Belgique, ce serait une institution interfédérale. Un "brol" de plus ? "Nous voulons lutter contre les accommodements raisonnables, argumente le président des Assises. Au vu de leur développement exponentiel, il faut mettre en place un instrument qui nous permette d'objectiver ces situations, afin de déterminer les sujets sur lesquels nous devons légiférer. Une proposition comme celle-là fera peut-être sourire certains, comme le parcours d'intégration il y a dix ans, mais le communautarisme continue à gagner des points et cela ne correspond pas à notre vision de la société !" Une pierre dans le jardin du PS et du CDH.

Le MR veut défendre la liberté de religion, mais en l'encadrant au maximum. Voilà pourquoi il entend notamment relancer le débat sur le financement des cultes, lancé en 2006 par une Commission des sages, mais au point mort depuis tant le sujet est explosif. "Il est temps de mener le débat dans un climat serein, apaisé et sur le fond, insiste Ducarme. Pourquoi, aujourd'hui, tous les ministres du culte ne sont-ils pas payés de la même manière ? Quel sens cela a-t-il ?" Le parti du Premier ministre défend aussi la mise en place d'un "parcours d'intégration obligatoire et spécifique" pour tous les ministres du culte provenant de l'étranger.

Les détails du plan dans Le Vif/L'Express de cette semaine. Avec notamment :

- le coaching des jeunes radicalisés

- "La science est prioritaire face aux croyances"

Nos partenaires