La crise politique profite à DéFI, mais nuit au cdH et au PS

07/09/17 à 17:47 - Mise à jour à 17:47

Source: Belga

DéFI et son président Olivier Maingain sont les grands gagnants de la crise politique, tandis que le cdH et le PS en font les frais, d'après un Grand Baromètre Ipsos - Le Soir - RTL - VTM - Het Laatste Nieuws publié jeudi après-midi.

La crise politique profite à DéFI, mais nuit au cdH et au PS

© Belga

A Bruxelles, DéFI engrange 18,4% des intentions de vote, alors qu'il en obtenait 9,3% lors du baromètre de janvier. Le président de la formation amarante devient par ailleurs pour la première fois la personnalité la plus populaire à Bruxelles avec 43% d'opinions favorables, devant Paul Magnette (42%) et Didier Reynders (40%).

Le PS, touché par les affaires, enregistre quant à lui une baisse importante et passe de 18,1% à 12,1% d'intentions de vote dans la capitale. Ce résultat fait du parti socialiste la quatrième formation bruxelloise, derrière le MR qui reste en tête avec 19,8%, Défi (18,4%) et Ecolo (12,3%), alors qu'il était le premier parti de la Région après les élections de 2014.

Le PTB se classe en cinquième position à 9%, alors qu'il était crédité de 12,1% lors du baromètre précédent. Le cdH ne tire pour sa part aucun bénéfice de l'opération de son président Benoît Lutgen- qui a rompu son alliance avec le PS dans les entités fédérées - bien au contraire, puisqu'il descend de 7,9% à 5,8%, se rapprochant ainsi dangereusement du seuil électoral de 5%. Le Parti Populaire obtient lui 2,5%.

Du côté des partis néerlandophones, la N-VA est créditée de 3,4%, suivie par Groen (3%), l'Open Vld (2%), le CD&V (1,8%), ainsi que le Vlaams Belang (1,5%) et le sp.a (1,5%). En Wallonie, les mêmes tendances qu'à Bruxelles sont perceptibles, même si le PS limite les dégâts. Les socialistes passent de 23,6% à 20,7%, cédant leur place de premier parti wallon au MR crédité d'un score de 21,4%, contre 19,4%.

Le PTB poursuit sa progression, passant de 16,3 à 17,5% et Ecolo est également en hausse de 1,5 points de pourcentage, à 12,7%. Le cdH perd par contre aussi des plumes en Région wallonne en passant de 11,2 à 8,7%. DéFI est pour sa part crédité de 6,2% d'intentions de vote en Wallonie, contre 2,8% lors du baromètre de janvier. La perspective de gagner des élus dans le sud du pays n'est donc plus illusoire.

Le Parti Populaire engrange lui 4,5%, tandis que la Droite citoyenne obtient 1,6% d'intentions de vote. Au sud du pays, Paul Magnette est la personnalité la plus populaire avec 42% d'opinions favorables, devant Olivier Maingain et Didier Reynders (tous deux à 32%). Le sondage a été réalisé du 25 août au 3 septembre auprès de 2.388 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 960 en Wallonie, 959 en Flandre et 469 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale.

Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d'erreur maximale, pour un pourcentage de 50% et un taux de confiance de 95% est de +-3,2 en Wallonie, +-3,2 en Flandre et de +-4,5 à Bruxelles.

Nos partenaires