La Corée du Nord tourne "une nouvelle page" juge le chef du PAM

12/05/18 à 19:30 - Mise à jour à 19:38

Source: Belga

(Belga) Le chef du Programme alimentaire mondial (PAM) a estimé samedi que la Corée du Nord tournait "une nouvelle page" de son histoire, se montrant optimiste après une visite de quatre jours pour observer l'activité agricole du pays.

"Je suis plein d'espoir. Je pense qu'il y a un véritable désir d'aller de l'avant", a expliqué David Beasley à la BBC, après s'être rendu en Corée du Nord entre le 8 et le 11 mai. "On a l'impression de tourner une nouvelle page de l'histoire", a-t-il ajouté. L'ancien gouverneur de Caroline du Sud a passé deux jours dans la capitale, Pyongyang, et deux jours en zone rurale, au cours desquels il estime avoir bénéficié d'un accès "sans précédent" de la part des autorités. Il a jugé que la faim avait reculé depuis les années 1990, quand le pays avait traversé une famine qui avait fait des centaines de milliers de morts, et que la sécurité alimentaire s'était améliorée, malgré la faiblesse des rendements. "Une des choses les plus puissantes que j'ai vues, c'était à la campagne. C'est le printemps, il sèment et il n'y a pas de mécanisation. Vous voyez des boeufs tirant des charrettes, des hommes, des femmes dans les champs", a-t-il expliqué. "C'est très organisé, chaque mètre carré de terre est travaillé, avec des râteaux et des pelles. Ils plantent littéralement jusqu'au bord de la route, en utilisant tout l'espace disponible", a-t-il indiqué. Il a néanmoins souligné qu'il ne faisait "aucun doute" que la faim et la sous-nutrition demeuraient "des problèmes" dans le pays, qui ne dispose que de "15 à 20% de terres arables", selon lui. En mars 2017, un rapport coordonné par les Nations unies établissait que 10,5 millions de Nord-Coréens (41% de la population) étaient sous-alimentés et que 18 millions (70% de la population) dépendaient des distributions publiques de rations de céréales et de pommes de terre. L'économie nord-coréenne a été profondément mise à mal par la gestion des dirigeants successifs et le développement de programmes d'armement nucléaire qui ont entrainé des sanctions économiques internationales. Mais alors que Pyongyang a annoncé samedi le démantèlement fin mai de son site d'essais atomiques, la Corée du Nord pourrait bientôt sortir de son isolement: un sommet historique réunira le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump le 12 juin à Singapour. (Belga)

Nos partenaires