La Corée du Nord pourrait disposer de vingt bombes nucléaires cette année

15/09/16 à 02:52 - Mise à jour à 02:52

Source: Belga

(Belga) La Corée du Nord pourrait détenir suffisamment de plutonium et d'uranium enrichi d'ici fin 2016 pour construire vingt bombes nucléaires, estime un proéminent scientifique nucléaire américain.

La Corée du Nord pourrait disposer de vingt bombes nucléaires cette année

La Corée du Nord pourrait disposer de vingt bombes nucléaires cette année © BELGA

Siegfried Hecker, directeur de 1986 à 1997 du Los Alamos National Laboratory, l'installation nucléaire principale du gouvernement américain, donne une estimation de matériel détenu par le régime de Pyongyang dans un article publié cette semaine par l'institut américano-coréen de l'université Johns Hopkins. Il affirme que le dernier essai nord-coréen du 9 septembre, le cinquième en dix ans, "doit être interprété avec beaucoup d'inquiétude", car il témoigne non seulement des capacités de la Corée du Nord mais aussi de l'énorme accumulation d'arsenal nucléaire réalisée par Pyongyang. M. Hecker estime que le régime serait en mesure de disposer de 32 à 54 kilos de plutonium, mais aussi de 300 à 400 kilos d'uranium d'ici la fin de l'année. Le pays pourrait produire assez de matériel pour confectionner sept bombes par an. Le chercheur, en tant que membre du centre pour la coopération et la sécurité internationale de l'université de Standford, a pu participer à l'inspection des installations nucléaires nord-coréennes en 2010. Il estime que si Pyongyang n'est pas surveillé, son régime développera probablement la capacité d'atteindre la partie continentale des Etats-Unis dans une décennie environ, écrit-il. "Plus troublant encore désormais, les récents succès nucléaires et explosifs peuvent donner à Pyongyang un faux sentiment de confiance et changer drastiquement les dynamiques de sécurité régionales", poursuit le scientifique. M. Hecker déplore la "mort de la diplomatie" en raison de la stratégie de patience prônée par le président américain Barack Obama, ce qui a laissé la Corée du Nord "non contrainte par l'opprobre international et l'escalade des sanctions." (Belga)

Nos partenaires