La Commission des Finances de la Chambre a voté le budget

25/01/12 à 19:30 - Mise à jour à 19:30

Source: Le Vif

La Commission des Finances de la Chambre a approuvé mercredi, majorité contre opposition, le budget 2012. L'assemblée plénière l'examinera mercredi et jeudi de la semaine prochaine. Le vote est attendu jeudi. Le premier exercice du gouvernement Di Rupo est cependant déjà dépassé par les réalités. Un contrôle budgétaire est déjà prévu à la fin du mois de février.

La Commission des Finances de la Chambre a voté le budget

© Belga

Le budget 2012 ne vient seulement maintenant à l'ordre du jour de la Chambre, l'équipe gouvernementale ne s'étant constituée qu'à la fin 2011.

Et l'exercice a été calculé sur base de paramètres - 0,8% de croissance - en deçà de la nouvelle situation économique. De nouvelles estimations attendues au début du mois de février devraient confirmer l'essoufflement de la croissance. La Commission européenne a d'ailleurs contraint la Belgique à geler 1,3 milliard d'euros. Le gouvernement a prévu de se réunir les 25 et 26 février pour un contrôle budgétaire. Le ministre du Budget Olivier Chastel a confirmé l'objectif déficitaire de 2,8% du PIB en 2012.

La majorité et l'opposition ont déposé mercredi une série d'amendements à l'initial 2012, pour la plupart de nature technique. Plus sensible sur le plan politique, un de ces amendements, adopté mercredi, prévoit que le financement supplémentaire accordé à la Région bruxelloise sera lié à l'approbation par le parlement de l'accord de scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, conformément aux accords institutionnels. Bruxelles ne recevra donc ce financement supplémentaire qu'une fois BHV scindé.

Au nom de la N-VA, Ben Weyts a dit ne pas comprendre pourquoi le budget ne pouvait pas être adapté dès lors que BHV serait réellement scindé. Jenne De Potter (CD&V) et Gwendolyn Rutten (Open Vld) ont évacué la question. "En ce qui vous concerne, ce ne sera jamais assez. Le budget est une estimation pour 2012. Il est donc logique que ceci s'y trouve. C'est une question de confiance", a dit Mme Rutten.

Par ailleurs, en ces temps de rigueur budgétaire, la question de la diminution de traitement des ministres a refait surface. La députée Muriel Gerkens (Ecolo) a fait écho aux dernières agitations.

Certains ont fait observer que la diminution de traitement de 5% des ministres sera bien moindre dans les faits, l'indice-pivot de la fonction publique étant probablement dépassé à deux reprises cette année.

Le ministre du Budget Olivier Chastel avait déjà rappelé que l'indexation des salaires valait pour tout le monde dans la fonction publique. Il avait reproché à Mme Gerkens de vouloir la remettre en cause. La députée Christiane Vienne (PS) n'a pas dit autre chose. "Nous nous sommes battus pour l'index. Si nous voulons maintenant en exclure certains, il ne faudra plus longtemps pour que le système soit enterré. Nous y sommes opposés radicalement", a-t-elle dit.

La discussion se poursuivra en plénière la semaine prochaine. Toute la séance y sera entièrement et exclusivement consacrée mercredi et jeudi. Même l'heure des questions du jeudi a été supprimée, en vertu d'une décision de la conférence des présidents.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires