La Colombie prête à élargir le corridor humanitaire pour le Venezuela

07/07/16 à 00:01 - Mise à jour à 00:01

Source: Belga

(Belga) La Colombie est prête à élargir un corridor humanitaire ouvert depuis septembre pour le Venezuela, afin de limiter l'impact des graves pénuries dans ce pays voisin, a annoncé mercredi la chef de la diplomatie colombienne, Maria Angela Holguin.

La Colombie prête à élargir le corridor humanitaire pour le Venezuela

La Colombie prête à élargir le corridor humanitaire pour le Venezuela © BELGA

Mme Holguin s'est rendu à Cucuta, ville frontalière de la localité vénézuélienne de San Antonio del Tachira, où la veille environ 500 Vénézuéliennes avaient franchi de force la frontière afin d'acheter en Colombie des vivres qui manquent dans leur pays. "Nous ne laisserons pas nos frères vénézuéliens souffrir de la faim ou manquer de médicaments. S'il faut élargir le corridor humanitaire, nous l'élargirons", a-t-elle affirmé. La ministre ne s'est pas engagée sur une date de réouverture de la frontière, fermée en août 2015 par le président vénézuélien Nicolas Maduro, à la suite d'une attaque d'ex-paramilitaires colombiens présumés contre une patrouille de l'armée vénézuélienne, qui avait fait trois blessés. Mais Mme Holguin a souligné qu'avant de rouvrir la frontière, les deux pays devaient définir "des programmes et des relations entre forces militaires" afin d'avoir une "frontière sûre et beaucoup plus contrôlée". La semaine dernière, les ministres de la Défense colombien, Luis Carlos Villegas, et vénézuélien, Vladimir Padrino, ont repris les discussions sur la sécurité de la zone -où sont présents guérilleros, ex-paramilitaires, trafiquants de drogue et contrebandiers- et sur la possibilité de rouvrir la frontière de 2.219 km qui sépare les deux pays. Un corridor limité a été aménagé depuis septembre afin de permettre notamment aux enfants, scolarisés de l'autre côté de la frontière, de reprendre les cours. Le Venezuela traverse une grave crise économique depuis la chute des cours du pétrole, dont il tire l'essentiel de ses revenus. Près de 80% des produits de première nécessité, comme le riz, le sucre ou le papier hygiénique, sont désormais quasi-introuvables, d'après l'institut de sondages Datanalisis. (Belga)

Nos partenaires