La CIA se défend après une réunion avec un Russe sous sanctions

02/02/18 à 01:21 - Mise à jour à 01:23

Source: Belga

(Belga) Le directeur de la CIA Mike Pompeo a défendu jeudi la récente visite à Washington du patron du contre-espionnage russe pourtant visé par des sanctions américaines, au nom de l'intérêt national et de la coopération internationale antiterroriste.

Selon la presse russe, Alexander Bortnikov, le directeur des services de renseignement intérieurs (FSB), et Sergueï Naryshkine, qui dirige les services de renseignement extérieurs (SVR), se sont rendus à Washington la semaine dernière. Mais M. Naryshkine est sur une liste noire américaine depuis 2014 pour son rôle dans la crise ukrainienne alors qu'il était président de la Chambre basse du Parlement et n'aurait pas dû être autorisé à entrer sur le territoire. "Alors que la Russie reste un adversaire, nous ferions courir un plus grand risque aux Américains en manquant les occasions de travailler avec les services russes dans la lutte contre le terrorisme", a expliqué M. Pompeo dans une lettre au sénateur démocrate Chuck Schumer qui l'avait interrogé sur le sujet. Cette rencontre est également intervenue alors que Washington a décidé cette semaine de ne pas imposer de nouvelles sanctions contre Moscou malgré un vote du Congrès en ce sens l'année dernière. Les Etats-Unis avaient renforcé leur régime de sanctions début 2017 en raison de l'ingérence russe dans la campagne présidentielle qui avait porté Donald Trump au pouvoir. Moscou a toujours nié avoir influencé le scrutin. Dans sa réponse, M. Pompeo souligne que ses prédécesseurs ont aussi rencontré leurs homologues russes malgré les tensions diplomatiques. Il rappelle que la CIA a collaboré avec les services de renseignement russes pour déjouer un projet d'attentat islamiste à Saint-Pétersbourg en décembre. "Nous continuons à coopérer sur des questions comme la sécurité aérienne et pour empêcher le retour des combattants étrangers (au sein des groupes extrémistes) de revenir en Russie ou aux Etats-Unis", dit-il. Les discussions portent aussi sur "des sujets très difficiles où les intérêts russes et américains divergent", ajoute M. Pompeo, assurant que "nous défendons avec force l'Amérique lors de ces rencontres et nous ne retenons pas nos coups". (Belga)

Nos partenaires