La chambre des mises en accusation confirme la remise en liberté d'un réfugié soudanais

05/01/18 à 18:48 - Mise à jour à 18:50

Source: Belga

(Belga) La chambre des mises en accusation de Bruxelles a confirmé jeudi la décision de la chambre du conseil qui ordonnait la remise en liberté d'un réfugié soudanais. Ce dernier avait été placé dans un centre fermé en vue de son expulsion vers le Soudan. L'information, diffusée vendredi par BX1, a été confirmée à l'agence Belga par l'avocat de cet homme, Me Guillaume Lys.

"L'arrêt de la chambre des mises confirme que l'Office des étrangers n'a pas vérifié toutes les informations nécessaires concernant la situation actuelle au Soudan, contrairement à ce qui a été affirmé par le Premier ministre il y a quelques jours", a expliqué Me Guillaume Lys à l'agence Belga. "Ce qui est important dans cette décision c'est que les juges pointent un manque de prudence de l'Office des Etrangers et du secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration Théo Francken dans la gestion des dossiers soudanais, car il y a un risque de soumission à la torture et à des traitements inhumains pour ces personnes, lors d'un retour au Soudan", a précisé l'avocat. L'Office des étrangers a également confirmé l'information vendredi à l'agence Belga et a annoncé qu'il introduira un pourvoi en cassation contre cette décision de la chambre des mises en accusation. "Nous pensons que la décision ne correspond pas à celles d'autres juges dans des affaires similaires", a déclaré la porte-parole de l'Office, Dominique Ernould. (Belga)

Nos partenaires