La célèbre primatologue Jane Goodall "prudemment optimiste" sur l'issue de la COP

10/12/15 à 13:06 - Mise à jour à 13:06

Source: Belga

(Belga) La primatologue britannique Jane Goodall se dit "prudemment optimiste" sur l'issue de la Conférence de Paris sur le climat et insiste sur l'urgence absolue de "sauver la forêt tropicale", dans un entretien accordé à l'AFP.

La célèbre primatologue Jane Goodall "prudemment optimiste" sur l'issue de la COP

La célèbre primatologue Jane Goodall "prudemment optimiste" sur l'issue de la COP © BELGA

Messager de la Paix auprès des Nations Unies, elle est à Paris à l'occasion de la COP21 qui réunit en principe jusqu'à vendredi les représentants de 195 pays dans le but de trouver un accord pour limiter le réchauffement climatique à maximum 2°C par rapport à l'époque pré-industrielle. "Je suis prudemment optimiste à propos de cette COP. Je pense que de bons résultats vont en sortir, bien meilleurs que je ne l'espérais avant de venir", déclare d'une voix douce Jane Goodall, qui a dédié sa vie à l'étude des chimpanzés et à la protection de leur environnement. A 81 ans, elle est venue à Paris avec un message : "je suis là surtout pour défendre la forêt", indispensable pour lutter contre le réchauffement climatique et pour préserver la biodiversité. "Cinquante pour cent de la forêt tropicale a déjà disparu", s'alarme cette spécialiste du comportement animal, un pendentif représentant le continent africain autour du cou. Elle est particulièrement scandalisée par les "terribles feux de forêt" qui ont touché l'Indonésie récemment. La culture sur brûlis, ainsi que les incendies volontaires pour étendre la culture de l'huile de palme, ont détruit en quelques mois 1,7 million de hectares sur les îles indonésiennes de Kalimantan et Sumatra. "Les orangs-outans sont désespérément menacés par ces incendies" qui touchent leur habitat. "Mais au Brésil aussi, la forêt amazonienne est attaquée", ajoute Jane Goodall. Cheveux blancs retenus en catogan, regard clair et convaincant, la scientifique a gardé intacte son indignation depuis ce jour de 1986 où elle a décidé de devenir activiste après avoir suivi une conférence à Chicago sur les chimpanzés et la destruction de leur habitat. (Belga)

Nos partenaires