La campagne #Helfie est "un bon investissement des subsides de l'état"

22/04/15 à 12:58 - Mise à jour à 12:58

Source: Knack

Ce mardi, la N-VA s'est rassemblée à Flagey à Bruxelles pour lancer #helfie. La vidéo dans laquelle plusieurs passants remettent une voiture défectueuse en marche constitue le préambule d'une campagne positive, selon la N-VA.

La campagne #Helfie est "un bon investissement des subsides de l'état"

Bart De Wever © Belga

Beaucoup d'arbres sur la route

"C'est une campagne feel good" explique le président Bart De Wever en citant le message qu'Alexis de Tocqueville a tenu il y a 200 ans. "Si un arbre entrave la route, on peut tendre les mains vers le ciel en attendant que quelqu'un libère la route. Ou bien joindre ses mains pour libérer le passage". "Il y a encore beaucoup d'arbres sur la route" admet Bart De Wever. "Mais nous avons surtout lancé cette campagne pour briser le négativisme qui règne autour du gouvernement. Maintenant, nous voyons les premiers signes de redressement, les premières réalisations du nouveau gouvernement".

Le but n'est pas de vexer

Travailler ensemble pour résoudre un problème, c'est un message plutôt soft pour la N-VA. Beaucoup de personnes ont d'ailleurs trouvé que la vidéo faisait penser à une campagne du CD&V ou du s.pa. "Nous ne sommes pas étonnés que vous soyez de cet avis" rétorque De Wever à la presse rassemblée. "Mais quand on se trouve dans une coalition, il y a évidemment des points communs idéologiques. En même temps, le but n'est pas de vexer".

De Wever insiste fort sur le caractère positif de la campagne. Aussi, déclare-t-il que c'est un hasard si #helfie a été lancé la veille de la grève de la CGSP. "Cette idée date de décembre, nous voulions faire quelque chose après six mois au gouvernement. Mais nous savions que nous ne ferions qu'une fois le contrôle budgétaire terminé".

Métacampagne

Mais qu'en est-il des autres partis? "C'est une métacampagne" explique De Wever. "Elle souligne le travail de notre parti au sein de la majorité". En soi, il n'est pas nouveau que les partis lancent des campagnes alors qu'il n'y a pas d'élections qui se préparent.

En outre, la N-VA peut se le permettre. Parallèlement à la progression du parti, ses moyens ont également augmenté. Depuis leur dernière victoire électorale, les nationalistes flamands peuvent prétendre à 12 millions d'euros par mois. "Oui, c'est un bon investissement des subsides de l'état" réagit De Wever laconiquement. Il a confié à VTM que la campagne avait coûté un million d'euros "mais si je ne pensais pas que c'était une bonne idée, je ne l'aurais pas fait. Les autres partis peuvent aussi lancer une campagne s'ils le souhaitent". Par cette campagne, en l'absence d'élections proches, la N-VA "souhaite maintenir et renforcer l'assise qu'elle a déjà".

Marcher sur la corde raide

Pour l'instant, les autres partis se montrent prudents dans leurs réactions à l'égard de la campagne de la N-VA qui attire l'attention sur elle aux dépens de ses partenaires de coalition. Cependant, le CD&V lance aussi des campagnes en dehors de la période électorale et l'Open VLD organise une série de conférences sous le nom "Café Futur".

Pourtant, pour un parti du gouvernement, c'est marcher sur une corde raide. La limite entre bien et trop communiquer est étroite, certainement quand il s'agit d'une campagne à grande échelle même si le parti se laisse entourer de suffisamment de personnes compétentes. Tout comme pour la campagne V, la N-VA s'est offert les services de l'agence Brandhome.

On verra si le #helfie aura autant de succès que la campagne. Stratégiquement, il est en tout cas intelligent d'avancer une image aussi positive, car les critiques viendront justement des personnes qui ont reproché à la N-VA de se montrer aigrie. Et celui qui critique une main aidante, n'est-il pas lui-même aigri?

En savoir plus sur:

Nos partenaires