La campagne de Claude Eerdekens contre Tecteo

17/09/13 à 18:35 - Mise à jour à 18:35

Source: Le Vif

Le bourgmestre d'Andenne mobilise les communes associées contre les "manipulations de la vérité" d'André Gilles (Tecteo).

La campagne de Claude Eerdekens contre Tecteo

© Image Globe

Tenu pour un électron libre dans son parti, Claude Eerdekens, député wallon et bourgmestre d'Andenne, est l'un des rares socialistes qui affronte à visage découvert l'intercommunale liégeoise Tecteo. Les origines de la querelle plongent leurs racines dans le caractère indéniablement indépendant de l'ancien membre de la commission Dutroux, mais aussi dans les démêlés bien réels qu'Andenne a connus avec Tecteo. Relevant de la Province de Namur, loin, donc, de la zone de chalandise de la Province de Liège (qui détient 51 % de Tecteo), la petite ville mosane est néanmoins desservie en électricité, pour certaines portions de son territoire, par Tecteo, via une convention d' "apport en usage" de Tecteo à l'AIEG (Association intercommunale d'étude et d'exploitation d'électricité et de gaz), un petit gestionnaire de réseaux de distribution.

"En 2012, rappelle Claude Eerdekens, Tecteo a rendu visite au collège d'Andenne pour signaler son intention d'absorber l'AIEG, ce à quoi le collège communal s'est opposé. En effet, l'AIEG, de toutes les intercommunales énergétiques, est celle qui réalise, par rapport à son chiffre d'affaires, le bénéfice le plus important et dont le coût du "timbre poste" [NDLR : prélèvement automatique sur les flux transportés ], qui impacte la facture des entreprises et des citoyens, est le plus bas de Wallonie. De surcroît, notre Ville avait été épouvantée de constater que le secteur Voo, dans Tecteo, accumulait depuis 2009 des pertes colossales. Il y avait un risque pour les communes affiliées à Tecteo de devoir contribuer à la perte du groupe plutôt que de recevoir des dividendes. Notre Ville, comme l'AIEG, a refusé cette absorption. En représailles, Tecteo a rompu unilatéralement la convention d'apport en usage qui liait Tecteo et l'AIEG. Une véritable voie de fait..." La Ville d'Andenne et l'AIEG se sont défendues devant les tribunaux et, en première instance comme en appel, elles l'ont emporté contre Tecteo. L'affaire doit encore être plaidée sur le fond. En attendant, le conseil communal d'Andenne, unanime, a obtenu que Tecteo soit expropriée d'Andenne pour la distribution d'électricité.

Pour le gaz, Andenne reste cependant dépendante de Tecteo (Resa). Récemment, la ville a eu la mauvaise surprise de constater qu'elle allait perdre 330 000 euros de dividendes pour le gaz. Fin juin 2013, l'assemblée générale de Tecteo a, en effet, décidé de prélever à nouveau une partie des dividendes revenant aux associés communaux et à la Province de Liège pour combler le déficit de Voo dans Tecteo.

Du coup, quand Tecteo a racheté les Editions de l'Avenir, le sang du bourgmestre n'a fait qu'un tour : "Il s'agit de la confiscation d'un avoir historique des communes et de la Province de Liège dont la valeur des investissements au fil du temps représentait un chiffre colossal et qui continue, malgré la libéralisation du marché de l'énergie, à générer des profits importants." S'étonnant de la passivité des quatre partis politiques à la Province de Liège et au Parlement wallon, Claude Eerdekens estime que le pouvoir judiciaire est la seule voie de recours. A condition que les communes résistent aux sirènes de Tecteo... On sait que la commune de Lontzen (le Vif/L'Express du 30 août 2013), après avoir résisté par voie judiciaire à la fusion-absorption de l'ALG (Association liégeoise du gaz) par Tecteo a fini par souscrire à un arrangement dont les termes ne pouvaient être rendu publics mais qui ont été approuvés par le conseil communal de la petite commune germanophone. Dans une question écrite au ministre des Pouvoirs locaux, Paul Furlan (PS), le bourgmestre d'Andenne réclame des éclaircissements sur cet accord présumé secret entre Tecteo et la commune de Lontzen.

Il ne compte pas en rester là. Il va tenter de fédérer les autres communes affiliées qui, le 9 septembre dernier, après le rachat des Editions de l'Avenir, ont reçu un courrier triomphal d'André Gilles, président de Tecteo. Voici des extraits de la lettre de la Ville d'Andenne, datée du 13 septembre, co-signée par son bourgmestre et son secrétaire communal, au nom du Collège. "Pour Monsieur Gilles, la reprise de Vers l'Avenir est une bonne nouvelle, quasiment une affaire en or... Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois... Ce courrier contient toutefois une omission de taille (...) Le total du mai cumulé de Voo dans le groupe Tecteo, de 2009 à 2012, s'élève à 300 570 815, 15 euros. C'est tout simplement colossal. Ce déficit a été résorbé par des prélèvements sur les dividendes de la distribution du gaz et de l'électricité au détriment de la Province de Liège et des communes affiliées. (...) Dernièrement, Ecetia, sans consultation des communes, a décidé de racheter pour 200 millions de certificats verts liés aux bulles financières éoliennes et photovoltaïques. Il y a, à terme, un risque au moment de la valorisation définitive des certificats verts d'une perte additionnelle de 150 millions d'euros. La valeur des certificats verts est évidemment surfaite et cette décision est tout aussi incompréhensible que celle consistant à acheter le groupe "L'Avenir". (...) A l'heure où le gouvernement fédéral a pris des dispositions en vue de réduire les salaires des managers publics, des rémunérations pharaoniques sont accordées par le groupe Tecteo ou par ses filiales à une cour de privilégiés, dans l'opacité la plus totale, ce qui est indigne d'une structure publique."

En savoir plus sur:

Nos partenaires