La Belgique prête à assumer la présidence de l'UE à la place du Royaume-Uni

16/07/16 à 12:20 - Mise à jour à 12:46

Source: Belga

La Belgique est disposée, si nécessaire, à assumer la présidence de l'Union européenne au second semestre 2017, à la place du Royaume-Uni qui sera probablement en train de négocier sa sortie de l'UE, a indiqué samedi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à l'agence Belga.

La Belgique prête à assumer la présidence de l'UE à la place du Royaume-Uni

Didier Reynders, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. © BELGA/Thierry Roge

L'idée a été émise pour la première fois au sommet de l'Otan à Varsovie. "Ma collègue estonienne est venue me demander si c'était vrai que nous envisagions de reprendre la présidence du Royaume-Uni", a expliqué le ministre. Le scénario avait visiblement été évoqué, parmi d'autres, au sein des institutions européennes. Après consultation du gouvernement belge, le ministre des Affaires étrangères a eu l'occasion d'évoquer l'hypothèse avec ses collègues européens et les dirigeants des institutions européennes en marge du sommet Asie-Europe (Asem) à Oulan Bator.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, verraient d'un bon oeil une présidence belge, car la Belgique a l'expérience de l'organisation d'un tel événement. "Nous avons eu une présidence en 2001 puis en 2010 et la prochaine n'était prévue qu'en 2024", résume Didier Reynders. Une présidence supplémentaire en 2017 ne demanderait pas trop de frais pour la Belgique, puisqu'elle pourrait utiliser les bâtiments des institutions européennes, et notamment le nouveau bâtiment du Conseil, en voie de finition.

Une présidence de l'UE viendrait compléter une série d'événements internationaux que la Belgique organisera. Bruxelles accueillera ainsi un sommet de l'Otan début 2017 et le prochain sommet Asem en 2018. Le Royaume-Uni devait assurer la présidence de l'UE au second semestre 2017, après Malte, mais la victoire du "Leave" au référendum britannique sur le maintien ou non du pays dans l'UE remet ce choix en question. La décision sur le remplacement du Royaume-Uni par la Belgique pourrait être prise rapidement, peut-être même dès la semaine prochaine.

Nos partenaires