La Belgique cède à Marrakech la présidence du processus de Rabat au Burkina Faso

01/05/18 à 10:46 - Mise à jour à 10:49

Source: Belga

(Belga) La Belgique cèdera mercredi au Burkina Faso la présidence du processus de Rabat, un forum de coopération politique entre les pays concernés par les routes migratoires qui relient l'Afrique centrale, de l'Ouest et du Nord à l'Europe.

Le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, cèdera le flambeau à son homologue burkinabè, Alpha Barry, lors de la 5ème conférence ministérielle euroafricaine sur la migration et le développement qui se tiendra à Marrakech (sud du Maroc). La Belgique avait hérité de cette présidence en mars 2017, assurée jusqu'alors par le Mali, en vertu d'une alternance entre les deux rives de la Méditerranée. Créé en 2006, à l'initiative de l'Espagne, de la France, du Maroc et du Sénégal, le Processus de Rabat promeut le développement de politiques migratoires, et plus particulièrement les synergies entre migration et développement. Egalement connu sous le nom de dialogue euro-africain sur la migration et le développement, il rassemble près de 60 pays partenaires européens et africains d'Afrique centrale, de l'ouest et du nord, ainsi que la Commission européenne et la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO), pour discuter, dans un esprit de partenariat, des questions liées à la migration et à la mobilité. La réunion de mardi - la 5ème conférence ministérielle du genre - doit se traduire par l'adoption d'une "déclaration de Marrakech" et de son annexe, le "plan d'action de Marrakech", a-t-on indiqué mardi de source diplomatique. La Belgique sera représentée, outre par M. Reynders, par son secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken. Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, se rendra lui aussi à Marrakech, mais pour un entretien bilatéral avec son homologue marocain, selon son entourage. Le Processus de Rabat a un équivalent pour les discussions sur les questions de migration avec l'Afrique de l'Est: le Processus de Khartoum. (Belga)

Nos partenaires