L'½uvre de la semaine : la première femme sur la lune

08/12/13 à 11:00 - Mise à jour à 11:00

Source: Le Vif

Tout commence par une enquête et quelques voyages du côté de la Nasa. Des rencontres aussi comme avec l'astronaute Neil Armstrong puis des enregistrements.

L'½uvre de la semaine : la première femme sur la lune

© DR

Décollage de la fusée, conversations dans l'espace, voix de Kennedy encourageant les Américains à s'unir autour de l'aventure spatiale. Enfin, Aleksandra Mir (née en 1967) contacte la société suédoise Hasselblad (la mission Apollo 11 était équipée de leurs appareils photographiques) à laquelle elle explicite son projet et qui lui ouvre les bras (et quelques cadeaux en sus).

Puis elle revient vers son pays plat, les Pays-Bas, s'installe sur un plage avec grand renforts de bulldozers et autres pelleteuses qui se mettent au travail. En un jour apparaît une réplique d'un sol lunaire. Enfin, au soir tombant, après avoir convoqué les habitants du lieu et quelques amis, elle apparaît et se dirigeant vers la plus haute butte, y plante le drapeau américain. Cela se passait en 1999, soit 30 ans après l'exploit US. Et comme on le fait à l'occasion des grands événements, le champagne fût partagé et la fête réveilla la nuit. Au petit matin, la plage avait retrouvé son état initial. Ne resterait que le souvenir. Dans les différentes vidéos, performances ainsi que dans ses collages, Aleksandra Mir travaille toujours autour d'un thème sociologique qui a connu une large diffusion médiatique afin d'en pointer les failles, voire de le critiquer.

Comme lorsque, plus récemment, elle s'attaqua à la mode de la cuisine raffinée. Mais elle le fait toujours avec un sens aigu de l'ironie. Lors d'une Biennale de Venise par exemple, elle avait distribué des milliers de cartes postales sur lesquelles figuraient divers coins très touristiques recherchés par les vacanciers. Sauf qu'elle y avait implanté une erreur qui aussitôt relativisait l'exotisme attendu. Une première exposition en Belgique.


Guy Gilsoul

Louvain. M Museum. Vanderkelenstraat 28. Jusqu'au 16 février. www.m.be/mir

Nos partenaires