L'utilisation des armes biologiques ajoutée à la liste des crimes de guerre de la CPI

15/12/17 à 11:28 - Mise à jour à 11:29

Source: Belga

(Belga) Trois nouveaux crimes de guerre, dont l'utilisation des armes biologiques, ont été ajoutés grâce à des amendements de la Belgique au texte fondateur de la Cour pénale internationale (CPI), à l'occasion de son assemblée générale à New York, ont annoncé vendredi les Affaires étrangères.

La Belgique avait déposé en 2009 des amendements au Statut de Rome, le traité fondateur de la CPI, pour que cette dernière reconnaisse comme crimes de guerre l'utilisation des armes biologiques ou toxines, celle des armes qui blessent par des fragments indétectables par les rayons X et l'utilisation des armes lasers entraînant une cécité permanente. Depuis, "la Belgique s'est mobilisée sans relâche, à travers son réseau diplomatique et par les voix de ses ministres des Affaires étrangères, de ses ministres de la Justice et même de ses Premiers ministres, afin de promouvoir l'adoption de ces amendements", soulignent les Affaires étrangères dans un communiqué. Par cette reconnaissance, l'utilisation de ces armes lors de conflits armés deviendra encore plus difficile. En outre, elle assure une sécurité juridique aux victimes et leur donne une reconnaissance spécifique des souffrances qu'elles ont endurées. "Les conflits actuels, dans lesquels des armes d'un type équivalent - comme les armes chimiques en Syrie - sont utilisées, démontrent l'importance de l'adoption aujourd'hui de ces trois nouveaux crimes de guerre", ajoutent les Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, s'est dit "fier que la Belgique ait réussi à mener à bien ce projet difficile." (Belga)

Nos partenaires