L'Unicef craint une hausse de 60% des cas de VIH chez les ados d'ici 2030

01/12/16 à 00:30 - Mise à jour à 00:33

Source: Belga

(Belga) Le nombre de nouvelles infections par le VIH chez les adolescents devrait passer de 250.000 en 2015 à environ 400.000 par an d'ici à 2030 si les progrès pour atteindre ce groupe d'âge faiblissent, projette un rapport de l'Unicef publié jeudi.

Le sida reste l'une des premières causes de mortalité chez les adolescents. En 2015, 41.000 adolescents âgés de 10 à 19 ans sont morts de cette maladie, selon le 7e bilan de l'Unicef qui lui est consacré. Environ 2 millions d'adolescents vivent avec le virus dans le monde. En Afrique subsaharienne, région la plus touchée par la pandémie, les trois quarts des nouvelles infections chez les 15-19 ans concernent des filles. Certes, "des progrès remarquables ont été accomplis pour prévenir la transmission du virus de la mère à l'enfant: ainsi, à l'échelle mondiale, 1,6 million de nouvelles infections ont pu être évitées chez les enfants entre 2000 et 2015", relève l'Unicef. Mais, alors que les enfants de moins de cinq ans vivant avec le VIH constituent le groupe d'âge le plus exposé au risque de décès lié au sida, seule la moitié des enfants nés de mères séropositives font l'objet d'un dépistage au cours de leurs deux premiers mois de vie. "Si nous voulons en finir avec le sida, nous devons redonner à cette bataille toute l'urgence qu'elle mérite et redoubler nos efforts pour venir en aide à chaque enfant et adolescent", implore Anthony Lake, directeur général de l'Unicef. L'organisme des Nations unies recommande d'investir dans l'innovation, d'améliorer la collecte de données et de déployer des efforts de prévention, notamment par des moyens médicamenteux. (Belga)

Nos partenaires