L'Ufapec pousse PS et cdH à revoir le décret Inscriptions et bâtir de nouvelles écoles

25/08/16 à 15:33 - Mise à jour à 15:33

Source: Belga

(Belga) A une semaine de la rentrée des classes, l'Union francophone des associations de parents de l'enseignement catholique (Ufapec) presse le gouvernement PS-cdH de la Fédération Wallonie-Bruxelles d'augmenter d'urgence le nombre de places scolaires et revoir le décret régissant les inscriptions dans le secondaire.

L'Ufapec pousse PS et cdH à revoir le décret Inscriptions et bâtir de nouvelles écoles

L'Ufapec pousse PS et cdH à revoir le décret Inscriptions et bâtir de nouvelles écoles © BELGA

En début de législature, la ministre de l'Education Joëlle Milquet avait affiché sa volonté de revoir ce texte controversé, mais sans jamais déposer aucun projet en deux ans de temps. Marie-Martine Schyns, en charge de l'école depuis le printemps dernier, s'est depuis montrée réservée sur une éventuelle refonte du décret. "On ne parle plus que d'ajustements mineurs et d'une éventuelle révision, mais pas avant 2020, soit la prochaine législature. Le statu quo jusqu'à cette date est inacceptable! ", dénonce Michaël Lontie, secrétaire-général adjoint de l'Ufapec selon qui 250 jeunes ne connaissent toujours pas à l'heure actuelle l'école où ils seront scolarisés en septembre prochain. "Il n'est pas possible de jouer année après année avec le parcours scolaire de centaines d'enfants qui se retrouvent, en désespoir de cause, dans des écoles non choisies que, la plupart du temps, ils veulent quitter au plus vite". Face à cette situation, l'Ufapec estime qu'il convient d'adapter le décret Inscriptions pour mieux répondre aux attentes des parents, mais aussi de construire d'urgence de nouvelles classes. Au moins 5.700 nouvelles places seront nécessaires d'ici 2015 pour faire face au boom démographique, avance l'association. "Il est donc plus que temps. Nous attendons la décision du gouvernement de créer ces nouvelles écoles. Une école, ça ne se construit pas en un an! ", insiste Bernard Hubien, secrétaire-général de l'Ufapec. "Si le gouvernement ne fait rien, on va à nouveau se retrouver avec un plan d'urgence (comme celui adopté fin 2013) et l'installation de classes modulaires, sauf qu'il n'y a bien souvent plus de places dans les cours d'écoles pour accueillir de nouveaux modules... Le gouvernement doit donc agir! ". (Belga)

Nos partenaires